Géothermie_Permis de Salève (3/5) – 3. Fonroche

Sans titre 7
Hier, jeudi soir, à St-Julien, j’ai assisté à l’excellente soirée organisée par La Ville est à vous : «Faut-il avoir peur de la géothermie profonde ».
Une salle qui déborde de monde.
Une introduction incisive de l’animatrice, Evelyne Malot-Dognin.
Des questions de la salle plutôt intéressantes à des intervenants pertinents et allant à l’essentiel : Pierre-Jean Crastes, Fabien Perriolat, Bernard Gaud et Jacques Martelain, Directeur du service de géologie du canton de Genève. (Il se trouve que mon prochain article, le N°4 de mon feuilleton « géothermie », est programmé en ciblant nos voisins genevois, et le N°5 donnera mes conclusions.)
J’ai appris aussi que l’enquête publique avait été prolongée jusqu’au 12 novembre, suite à des demandes d’élus. Tant mieux.

Le projet du permis de Salève
(Citations extraites de la demande de permis de recherche « basse température »)

Géoforon a pour objectif l’exploitation d’une ressource géothermique permettant d’obtenir une eau chaude en surface avec :
– Un débit de 350 m3/h
– Une température comprise entre 130°C et 150°C.

Cette énergie primaire sera transformée au travers d’un échangeur fermé, avec aucun échange avec l’extérieur, à l’intérieur de l’unité de production, en une énergie électrique (5 MWel) et une énergie thermique (30 MWth). Le Bassin de Genève offre une parfaite adéquation entre un potentiel de réservoir géothermique et un territoire sur lequel se situent de nombreux consommateurs de chaleurs, justifiant pleinement la volonté de développement d’unités géothermiques de cogénération.

Lire la suite

Géothermie_Permis de Salève (2/5) – 2. Géothermie, enjeu et perspectives

Sans titre 3Au-delà des séances d’information et de réflexion évoquées dans l’article précédent, il m’a fallu me documenter abondamment : lire la demande de permis de Salève ; les documents mis à disposition par Fonroche sur son site. Et chercher dans la littérature scientifique et technique en France et en Suisse pour recouper sérieusement les informations.
Je m’attacherai ici à présenter le dispositif géothermique en question.

La géothermie est un source d’énergie (apport primaire de chaleur) qui est utilisée largement dans le monde et depuis longtemps.
Les remontées du magma depuis le cœur du globe peuvent approcher la croûte terrestre de manière variable suivant les lieux sur terre et même jaillir en volcan.
Les eaux géothermiques peuvent, elles aussi, émerger : geysers d’Irlande, sources d’eau chaude (par exemple en Cantal, la commune de Chaudes Aigues) et stations thermales diverses.

geothermie

 

a-/ Il existe une géothermie de bâtiment, maintenant largement utilisée pour une maison, voire un immeuble, en descendant à moins de 100 mètres le plus souvent. C’est la fameuse « pompe à chaleur ».

  Lire la suite

Humeur … (mauvaise !)

images
J’ai toujours été admiratif du travail de longue haleine en direction des jeunes et du creuset d’idées construit pour toutes et tous par les Maisons de Jeunes et de la Culture.

En Haute-Savoie, depuis leur création, elles ont joué un rôle essentiel pour des dizaines de milliers de personnes.
J’ai pratiqué la MJC des Marquisats, à Annecy, avant qu’elle ne soit reconvertie.
Et beaucoup celle du quartier de Novel, en fréquentant la salle de lecture de la bibliothèque, la table de ping-pong, des expos… Et aussi pas mal de soirées et de débats épiques qui s’y sont déroulés. J’ai notamment le souvenir, jeune adulte, d’une soirée de soutien aux ouvriers de Lip, mémorable !

D’Annecy à St-Julien, d’Annemasse à Cluses (mais elle gênait trop…), de Rumilly à Evian, les MJC visaient le meilleur.
Cette démarche d’Education Populaire, avec souvent des débats contradictoires de bon niveau, permettait à des citoyens de réfléchir et d’agrandir leur savoir et leur ouverture aux autres.
Lire la suite

Land Art : belle exposition à Machilly

Logo-CA

 

 

Depuis 6 ans, lors du week-end de l’équinoxe de septembre, le festival « Couleur(s) d’Automne » s’installe autour du Lac de Machilly. Sa thématique veut valoriser le végétal et le vivant. Ce sont des stands, des expositions, un marché aux plantes, des animations et des conférences sur des questions touchant à la Nature.

Et, autour du lac, les organisateurs mettent en scène publique une exposition de LandArt, l’Art de la Terre (cette Pacha Mama, que vénèrent les sud-américains qui ne sont pas complètement monothéistes…).
Si, en Haute-Savoie, la ferme de Chosal est labellisée Pôle Land Art Départemental, le festival de Machilly, une fois de plus, m’a ravi par la qualité des œuvres présentées.

Les artistes conçoivent leur création avec le plus souvent des matériaux de la nature (branches, pierres, sable, rocher…) qu’ils l’enrichissent par des objets artisanaux (ficelles, cordages,…) ou manufacturés (poteaux, câbles, tissus, jouets, etc) et portent un message qui plusieurs fois m’a touché.
Le tout dans un écrin extérieur, de grande qualité entre le ruisseau du Coudray et la rivière du Foron.

Cet Art éphémère, par son accessibilité immédiate (un petit texte présente chaque œuvre) et sa sensibilité écologique est un vecteur de réflexions et d’émotions pour un très large public.
Lire la suite

Géothermie ‘de’ Salève, l’Etat dit : « Creuse toujours, tu m’intéresses! »

Débat nourri, ce jeudi 24 juillet, au SMAAA (Syndicat Mixte d’Aménagement de l’Arve et de ses Abords)
En hors-d’œuvre de la session de ce Conseil Syndical réuni en plein été à Sallanches, le président Martial Saddier a proposé une information sur l’octroi par le préfet de permis de recherche en géothermie sur une zone concernée par le champ de compétence du SM3A, notamment pour la protection des eaux.
La précipitation de l’administration a choqué. Je suis intervenu pour préciser l’intérêt de la géothermie et affirmer la motivation à son égard des élus du genevois français. Genève démarre d’ailleurs tout prochainement (en août) une campagne de prospection pour la géothermie.

Cela s’est fini par une motion unanime en direction du ministère : et si on était consulté en amont ?

Au départ, il y a un courrier, daté du 24 juin, adressé par le préfet aux mairies concernées (donc celle d’Annemasse) et indiquant une démarche, nouvelle en Haute-Savoie, d’octroi de permis de recherche géothermique.

Voici le périmètre octroyé :

Carte permis

Cliquez sur la carte pour l’agrandir

Les 71 (72 ?)  mairies concernées sont destinataires de ce courrier ainsi que 4 députés (Virginie Duby Muller et Martial Saddier, Marc Francina et Bernard Accoyer, les 2 derniers n’ayant leur circonscription qu’effleurée par la zone définie) et le président du CG 74, Christian Monteil.

Le préfet, à cette date (mais, les courriers ont dû plutôt arriver le 2 juillet…) précise que  :
– c’est la société GEOFORON (47 Roquefort) qui a sollicité l’octroi de ce  « permis de recherches de gîtes géothermiques à basse température.»
– il s’agit de produire de l’électricité et résiduellement d’alimenter aussi des réseaux de chaleur.
– « L’autorisation de recherche de gîtes géothermiques à basse température est un titre minier qui confère au titulaire l’exclusivité du droit de recherche de la ressource minière à l’intérieur du périmètre du titre.»
– cette autorisation sera l’objet d’une enquête publique à l’automne prochain.
– si, ensuite, GEOFORON souhaitait s’engager dans des travaux d’exploitation, cela  nécessiterait une autre procédure d’autorisation (avec étude d’impact et une autre enquête publique)

Tout cela m’a semblé très bien cadré et de bon augure concernant la démocratie et la nécessaire transition énergétique.
Et le préfet d’ajouter (c’est souligné dans le document !) :
« Les installations d’exploitation de gîtes géothermiques à basse température ne peuvent donc être comparées, tant dans leur finalités, que dans leurs impacts sur l’environnement, avec l’exploitation de roche mère (gaz de schiste) »

Bien.

Mais la fin du texte préfectoral laisse un tantinet pantois ! In cauda venenum…

– « En parallèle, la société GEOFORON a sollicité auprès du ministère chargé des mines l’octroi d’un permis exclusif de recherche de gîtes géothermiques à haute température dit « permis de Salève ».
Conformément à la réglementation, j’ai consulté les services civils et militaire intéressés et donné un avis favorable à cette demande qui sera examinée par l’administration centrale. De plus, une consultation du public sera organisée directement par le ministère via son site internet. »

« En parallèle » … Drôle de parallélisme, complètement divergent !

Voici un schéma, emprunté à une documentation genevoise, pour les différentes exploitations de la chaleur interne à notre globe terrestre :
principes techniques usages
En résumé, concernant les démarches du préfet :
1/ pour la géothermie basse température, profondeur inférieure à 100 m autour de 3000 mètres, il avise les mairies qu’il y aura une enquête publique à l’automne. De plus, en cas d’engagement dans des travaux qui passeraient à l’exploitation, on referait une procédure d’enquête publique et aussi une étude d’impact.
2,/ pour la géothermie de haute température, captée à une profondeur de 5000 mètres voire davantage, de nature clairement industrielle, avec de l’eau récupérée à près de 150°, le préfet
– s’est déjà informé auprès des autorités civiles et militaires (!),
– a déjà donné son feu vert au gouvernement à Paris
Le ministère a déjà consulté par site internet  : champagne offert à l’éventuel haut-savoyard qui aurait pu prendre connaissance de l’affaire entre le 2 juillet et le 16 juillet, période de la  « consultation du public directement sur le site du ministère » !
Il est vrai que c’est conforme à la réglementation : le code des mines ne fait pas dans la démocratie participative…

signature

En bas du texte, ne manquent que la date et les paraphes de S. Royal et A. Montebourg…


Un fameux « permis ‘de’ Salève » : circulez, ça ne lève pas, ça ne va pas causer, ça va creuser !

Ségolène, Arnaud, s’agirait-il d’un coup d’été en douce ?
Non, ne signez pas !



A voir :
la « consultation » sur le site du ministère de l’Ecologie : avec tous  les documents afférents à télécharger concernant ce permis de Salève.

– GEOFORON est une société récemment créée, en avril 2013. FONROCHE GEOTHERMIE en est le dirigeant principal.
Voir le site de cette société

– Une question toute récente (ici, le 27 juillet) du député Martial Saddier demandant à la ministre Ségolène Royal où en est la réforme du code minier.


Merci, Pierre

Je veux ici rendre un hommage à Pierre Morand, décédé à 85 ans au début de l’été.

C’était un homme de confiance, solide et déterminé.
A l’école élémentaire La Jonchère, à Seynod, il a été mon directeur en 1973-74.
Il fut très tolérant avec le jeune que j’étais, pas très stabilisé. Mes réflexions, ma sensibilité politique, il la percevait bien différente de la sienne, mais il m’avait poussé à m’engager syndicalement. Ce fut, dès lors, une belle école de formation et je la lui dois en grande partie.

Il était du côté de la sensibilité communiste du SNI, majoritaire en Haute-Savoie à l’époque, et avait exercé diverses responsabilités en interne ou comme représentant du personnel. De la lecture de l’Huma à ses réunions de cellules, de ses livres et de son suivi de l’actualité (à mon étonnement à l’époque, il m’avait fait part de son profond respect pour Simone Veil, la ministre) il nourrissait sa pensée et son action. Je croisais le fer dialectique avec lui, tant bien que mal.

Les années passant, mon engagement syndical, inséré dans une tendance minoritaire et un peu remuante, m’avait mis plusieurs fois en opposition avec les responsables départementaux.
C’était cependant formateur, j’ai ainsi beaucoup structuré ma pensée sur les questions de démocratie, de rapport majorité/minorité. Dans le monde, c’était aussi des années contestataires, de la musique aux mœurs, et des années où le travail d’Amnesty International changea aussi mon regard sur les questions de droit : pour faire court, pour moi, le critère d’appréciation d’une démocratie est devenue, non pas le lieu d’expression d’une majorité, mais quelles latitudes et capacités elle laisse à ses minorités.

C’était des années où j’avais aussi d’autres engagements et centres d’intérêt autour des questions environnementales.

J’eus un gros clash avec Pierre. Lire la suite

OMS : Annemasse, 3ème plus polluée de France / 1. Constats

Le communiqué de l’Organisation Mondiale de la Santé, repris par la presse, et notamment le Dauphiné Libéré du jeudi 15 mai, a fait l’effet d’une bombe puante lancée dans le splendide air vivifiant de Haute-Savoie ! Surtout contre « Annecy, son lac pur et son air pollué » (Annecy est classée 2ème ville de France la plus polluée)

La réaction de sonDL maire, JL Rigaud, est apparue incroyablement vide de projet et même à contre sens : « le tunnel sous le Semnoz va améliorer la protection de l’atmosphère » !
Martial Saddier dit, lui, qu’il ne faut « pas agir seulement sur la Vallée de l’Arve mais sur tout le département. » Un tacle contre le CG 74, longtemps uniquement préoccupé de développer les routes et le transport individuel ?

Et Annemasse, 3ème sur le malheureux podium !

Qu’en est-il tout d’abord de cette étude OMS ?
Lire la suite

Michèle Rivasi à Gaillard : meeting ce jeudi 15 mai

 

 » Les élus verts au parlement européen sont les plus présents car ils ne cumulent pas. Ils ne sont pas non plus issus du recyclage de politiques battus dans leur pays. »

 

Michèle Rivasi, députée européenne,

Jeudi 15 mai 2014

Espace Louis Simon (10 rue du Châtelet)   Gaillard (74)

M-Rivasi
Ce mercredi soir, elle sera à Lyon.
Et comme indiqué sur le site de campagne, elle interviendra sur l’agglo d’Annemasse, jeudi 15.

 Michèle Rivasi sera avec 8 candidats-candidates de la liste !

Lire la suite

Hommage à Clément Méric

Je suis allé au rassemblement organisé à la hâte pour rendre hommage au jeune étudiant de 18 ans, Clément Méric, sauvagement agressé et tué à Paris par une bande de délinquants d'extrême droite.
Devant la préfecture d'Annecy, après la présentation par Gilles Ravache, conseiller régional membre du PC, et une minute de silence, Roland Fichet a lu un texte circulant sur internet qui rend hommage à Clément.
Mais les interventions successives de micro-partis m'ont lassé : avec de constantes redites, mêmes faites d'analyses justes, elles n'apportaient rien de plus les unes que les autres que de permettre la mise en valeur de chaque organisation.
A Paris, les amis de Clément ont viscéralement réagi à toute tentative de récupération. C'est d'abord un jeune homme  réfléchi et altruiste qui s'est fait tuer par des fanas de la violence, imbibés des propos de haine de l'extrême droite fascisante sans idées, qui ne mène pas de débat politique, mais l'agression des autres et d'abords de groupes humains du simple fait de leur existence.

Rassemblement420

J'ai été touché cependant par le choix fait par Julian Augé, jeune représentant du Parti de Gauche, de lire avec force le poème d'Eluard, écrit après le martyre de Gabriel Peri assassiné au Mont Valérien en 1941.

Lire la suite

Orjobet : sentier de la grotte rénové

Ce samedi 1er juin avait lieu l’inauguration du sentier rénové passant par la grotte d’Orjobet.
La ténacité de Pierre Cusin, président du Syndicat Mixte du Salève, est parvenue à la sécurisation de ce passage bien dégradé.
Le SMS regroupe les communes autour du Salève.

L’emblématique sentier d’Orjobet ne pouvait rester en l’état. En 1779, ce paysan de Collonges-sous-Salève y conduisit Horace-Bénédicte De Saussure celui qui fit en 1787 l’ascension du Mont Blanc avec Balmat (un an après la Balmat-Paccard, la première).

Le sentier du Salève à travers la grotte d’Orjobet fut aménagé par le Club Alpin Suisse en 1905.
Il s’était beaucoup abimé : passerelle, escaliers et barrières ne sécurisaient plus les baladeurs.
C’est non seulement par des subventions mais aussi par une souscription que fut recueilli l’argent nécessaire à cette réhabilitation.

Un itinéraire singulier, amenant sur un balcon de prestige, le Salève.
POrjobet

Chaufferie bois : une réalisation remarquable et remarquée !

Ce 20 avril 2013, c’était la journée Portes Ouvertes pour la toute nouvelle chaufferie bois, située rue Emile Zola, qui alimente un réseau de chaleur important.
J’avais évoqué sur ce blogue les travaux nécessaires pour ce réseau de chaleur à énergie renouvelable pour 90% : c’est ici.

Les données :
– 3 km de réseau !
– 90% bois énergie
– bénéficiaires : équivalent 2000 logements (c’est-à-dire bureaux + école + logements)

L’approvisionnement en combustible (76% de plaquette forestière) par la filière bois locale est effectué dans un rayon de 80 km autour de la ville. C’est ainsi un renforcement des filières bois locales (complément pour le travail des scieries) qui concourt à leur rentabilisation et à l’emploi local stable.

Le réseau de chaleur est donc alimenté à 90 % par du bois, une chaudière gaz est là en soutien lors de périodes de grands froids (elle sécurise aussi le dispositif par doublement de chaudière)

C’est une chaufferie bois de 3,5 MW qui produira en moyenne 14 000 MWh par an soit l’équivalent de 1,5 millions de litres de fioul ! Soit la diminution de près de 3000 tonnes de CO2 par an. ( 65 000 tonnes de CO2 sur la durée du contrat)
La transition énergétique, sans attendre, c’est une réalité à Annemasse.

C’est aussi une économie sur le coût croissant des charges de chauffage pour les particuliers : la facture sera plafonnée à -5% de ce que revient le chauffage actuel au gaz et -15 à -20% du chauffage fuel actuel.
Cofinancé par l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) et aussi par la région Rhône-Alpes, c’est une réalisation phare en Haute-Savoie.
La filtration des poussières est très performante avec un taux maximum divisé par 5 par rapport à la réglementation applicable.
De plus la municipalité va mettre en place une commission de suivi technique et de suivi citoyen avec les usagers.

Réseau : contrairement à l’Europe du nord ( Danemark, Finlande, Suède) où les réseaux de chaleur sont très développés, il n’y a en France (chiffres 2010) que 450 réseaux (fonctionnant au bois mais aussi au fuel, avec à des centrales thermiques déchetteries, etc).

Chaufferie-bois

CEVA : « ceux qui m’aiment prendront le … bus 61»

CEVA-PLUS

Les travaux du CEVA avancent dans la prévision de la mise en service en décembre 2017.
Cette ligne ferroviaire qui comblera un chainon manquant entre réseau ferré suisse et français verra la construction de 5 gares nouvelles sur le canton de Genève et la rénovation totale de la gare d’Annemasse.
Pour Annemasse, la gare devenue biface (nouvel accès côté Ambilly & Ville-la-Grand) offrira un parvis ouvert sur la ville centre en éloignant la circulation des voitures : priorité aux modes collectifs et aux modes actifs (vélo, marche).

Le CEVA, cette couture ferroviaire entre la gare de Cornavin, la gare des Eaux-Vives et la gare d’Annemasse, va donner un système local de RER et aussi une liaison globale entre Nord Léman et Haute-Savoie qui sera une réponse formidable aux enjeux actuels de mobilité et de pollution .
Image1

Compte-tenu des travaux actuels, c’est une ligne de bus qui a été mise en place pour une offre de transport public (toutes les 15 minutes aux heures des pendulaires) par bus, le 61, allant d’Annemasse à la gare de Cornavin.

C’est ce que Michèle Künzler conseillère d’Etat de Genève (en charge du Département de l’intérieur, de la mobilité et de l’environnement : DIME) et JJ Queyranne, président de la région Rhône-Alpes, sont venus inaugurer à Annemasse ce lundi 8 avril 2013.

Image4

Pour le CEVA, comme évoqué par la Verte Michèle Künzler, des gares genevoises seront enterrées et c’est une forme de métro genevois qui  se construit. Avec un renforcement de la construction de logements à proximité. Un véritable projet urbain pour la ville de Calvin.

Je ne saurai trop insister sur les considérables effets de pollution de l’air générés actuellement  par le trafic des automobiles, notamment les pendulaires. Les taux relevés de part et d’autre de la frontière, par la station genevoise du Foron et par la station de Gaillard, sont alarmants.
Dès maintenant, celles et ceux qui aiment le bon air, celles et ceux qui aimeront le CEVA, prendront le bus 61.