Michel Butor, créateur pour chacune et chacun

Michel ButorAnnemasse Agglo a décidé de s’engager (9 voix contre et des absents parmi les conseillers communautaires, mais une majorité qualifiée des 2/3) pour prendre en charge la maison du livre d’artiste.
A partir du fonds Michel Butor, de la dynamique créative que l’écrivain a engagée, il s’agit de valoriser une démarche culturelle qui a un ancrage à Lucinges.

L’enjeu a bien été expliqué lors du dernier conseil communautaire, le 27 avril.
G. Doublet, 1er vice-président, a su, dans son intervention complémentaire, marquer que c’était une chance pour notre territoire d’avoir ainsi une figure à l’originalité reconnue au niveau international : Michel Butor n’a cessé de renouveler avec pétillement ses créations, notamment autour du livre-objet.

Historiquement et géographiquement, l’identité de notre territoire frontalier ne peut se construire sur le rivage d’un lac ou sur une situation exceptionnelle en montagne.
Notre force commune, c’est une situation privilégiée d’interface entre une active et reconnue Vallée de l’Arve et une métropole genevoise qui fait partie des Villes-monde.
Aussi, il faut assoir fortement ce pôle de facilitateur de mobilité et de hub géographique par une qualité de vie et de culture (sportive, associative, solidaire) arrimée à des lieux de créations variés.

Michel Butor en est depuis des années une figure emblématique. Il cultive aussi la poésie et l’un de ses écrits avait été mis en valeur en 2007 sur un site internet départemental. Ce texte, « Ce qu’on voit depuis l’Écart », est l’expression sensible de quelqu’un qui sait évoquer ce qui l’entoure pour aller vers le monde entier, en changeant de focale.
Lucinges, sur le flanc des Voirons, serait donc pour Butor l’équivalent de la gare de Perpignan pour Dali…
De soi au monde, à lire ici.


Transition musicale…

mariem LabidiJ’aime cette chanson de Brel, comme beaucoup.
Son interprétation par Mariem Labidi (FaceBook) lui redonne une vitalité contemporaine, même si la vidéo fait défiler des couples de cinéma déjà anciens.
En tout cas, c’est trans-continents et cela me plait bien.



Une version Tunisienne de « Ne me quitte pas » de Brel, chantée par Mariem Labidi.
Adaptation : Adam Fathi
Guitare: Chedly Khomsi

70 ans, déportation (2) : Art Spiegelman, « Maus »

couv MausCe livre, Maus, est un album (deux volumes) de bandes dessinées. Aborder un sujet tel que la déportation et l’extermination massive des juifs sous le nazisme par le vecteur de la BD est un pari incroyable.
Sous-titrée « Un survivant raconte », cette œuvre utilise des dessins d’animaux (souris, chats, cochons, …) en silhouettes humaines qui assurent la représentation de cette véritable épopée, du narratif familial à la grande Histoire fracassante.
En quelques pages, j’étais rentré dans le procédé narratif de Spiegelman : le choix de la figuration animale, les allers-retours présent-passé à travers le témoignage de son père, le relationnel régulier à New York de l’auteur avec son géniteur.

C’est un livre qui est d’ailleurs impressionnant sur la relation de Art avec son père, Vladek. C’est ainsi sans concession sur les travers insupportables de ce rescapé des camps, son racisme (!), son avarice.
Mais au delà du respect filial qui reste toujours présent, Art Spiegelman veut traduire au plus niveau la Vérité.
La vérité des êtres, la vérité du caractère insupportable de son père, la vérité de l’holocauste à travers le parcours du père et aussi de la mère, déportée également.



Dessins à dessein

Grotte chauvet_0

La représentation des animaux et de l’être humain est une donnée très ancienne de l’humanité. J’ai hâte de pouvoir visiter la réplique de la grotte Chauvet : il y a 30 000 ans, un tel talent pour figurer des lionnes sur un rocher et les représenter en mouvement force l’admiration. La figuration humaine est certes rare à la préhistoire mais elle s’est développée ensuite, de l’Asie à l’Afrique, de l’Europe aux Amériques.PUITS


Le dessin, la peinture, la sculpture, sur tous les continents, sont des formes majeures d’expression.


La caricature, ce dessin détourné de la stricte représentation du réel, pour porter un message ou une idée, est une très ancienne tradition, notamment en France.

J’ai travaillé la semaine passée pour donner une animation aux dessins de Honoré Daumier, les poires (1831) : il y caricaturait le physique du roi Louis-Philippe. Qui comme tous les souverains, avait reçu l’onction de l’Eglise et donc un peu du pouvoir divin.
Mes ancêtres n’étaient pas français à cette période historique, pas plus que tous les savoyards-savoisiens. Mais, lors de mon parcours scolaire, au collège, il y avait dans mon manuel la reproduction de ces dessins de l’Histoire de France : je me souviens de mon étonnement que l’on puisse publier, à l’époque, une telle attaque du souverain français.
Et H. Daumier, à l’incroyable talent, avait réalisé auparavant un autre dessin contre le roi, satire beaucoup plus politique et indignée, qui lui valut 6 mois de prison ! Voir ici, le roi en Gargantua, oppresseur de son peuple.

anim-poire
poires

Le monde musulman, dit-on actuellement, ne permet pas la représentation du prophète Mohammad. C’est un point litigieux et des analyses y ont été consacrées dans divers médias :
– par de savants bibliothécaires
– par un journaliste du Monde
– par des spécialistes du Proche Orient, IFPO
En tous cas, les représentations d’humains et d’animaux sont interdites pour les monuments religieux et dans l’architecture mais, dans l’espace séculaire, des représentations ont fleuri dans pratiquement toutes les cultures islamiques. Et même pour y délivrer un message religieux. Voir ce site

Cela fait penser aux calligrammes poétiques, notamment ceux cultivés par Apollinaire.
ecrit18-calligramme-Apollinaire
animation_Vie-A



Le dessin, la calligraphie, c’est la Vie. Hein, Charlie !



Dans ses rapports compliqués à la religion, le fanatisme destructeur s’exprime à plein en ce moment.
La culture française, ces siècles d’affrontement religieux entre catholiques et protestants, tragédies qui ont aussi touché la Savoie, ont conduit à poser la liberté de pensée comme essentielle, avec le respect des lieux dédiés aux différents cultes et le respect de la liberté de l’espace séculaire et démocratique (presse, notamment), au complet.

D’ailleurs, l’humanité et l’intelligence conduisent à ce qu’un texte doive toujours être interprété et confronté à d’autres interprétations.
Deux femmes ont été massacrées lors des assassinats fanatico-islamistes de ce début janvier : l’une, tuée à cause de son uniforme de policière.
Elsa Cayat

L’autre, tuée car elle était dans la rédaction de Charlie, une psychanaliste qui y rédigeait deux fois par mois une chronique.

Hommage à Elsa Cayat

Hommage à Elsa Cayat




J’ai découvert le texte prononcé à ses funérailles.
Elsa Cayat était juive et c’est une femme, rabbin, qui s’est exprimée à ce dernier moment, s’appuyant sur une parabole remarquable. Prenez le temps de la lire :


Un proverbe arabe dit :
« Ce qui visible est à nous, ce qui est caché est à Dieu ».

Occupons nous, ensemble et divers, de gérer le monde visible.


Pour Charlie qui m’a aidé à être plus libre

IMG_0362 Wolinski, Cabu, c’est ma sortie d’adolescence, mes débuts adultes, ma recherche d’équilibre politique, mon optimisme en la Vérité, l’Humour, la Joie de Vivre.
L’hebdo Hara-Kiri, c’était décapant en cette fin de décennie des années 60, cela me choquait souvent mais cela agrandissait ma vision du monde, cela élargissait ma liberté.
Et Charlie Hebdo enclencha la poursuite du projet.
Reiser, grinçant dessinateur et créateur incessant de planches dessinées sur l’énergie solaire, est beaucoup associé à cette équipe dans mon enthousiasme de l’époque (Et Fournier qui créa le journal écolo « La Gueule Ouverte »).
Et puis, dans les années qui suivirent, le dessin de presse, de narration, s’est aussi épanoui dans la BD qui devenait dès cette époque, de plus en plus intéressante et qualitative. Essentielle.
C’est tout un fonds culturel, émotif et politique qui m’a en partie construit.

IMG_0359

IMG_0355Ce terrible mercredi 7 janvier 2015, j’en ai pleuré, tétanisé par ces assassinats délirants et monstrueux.

Les religions ont suscité des beaux élans dans la générosité et aussi dans l’art et la culture mais elles ont provoqué tant de drames, de guerres, d’assassinats incessants qu’elles savent ou qu’elles devraient savoir que c’est l’humilité qui doit les commander, la modestie qui doit les caractériser, l’effacement pour la construction intérieure qui doit les structurer.

La liberté, la liberté, la liberté,
Je n’ai plus de mots pour dire ce choc ressenti par le fait que puissent être abattus à l’arme de guerre ces dessinateurs (dont aussi Charb, Tignous et Honoré) qui me réjouissaient, me heurtaient, me déroutaient, mais toujours m’aidaient à Respirer, à Vivre, à Penser, à Sentir, à Apprendre.

Je suis en colère, très en colère, submergé. Quelle froideur fasciste dans cette exécution, également en face à face, d’autres gens qui travaillaient : journalistes, policiers. Les blessés (dont le journaliste Fabrice Nicolino, l’écologiste sans concession) n’ont dû qu’au hasard de n’avoir pas reçu de balles fatales.

Des dessins, il y en a eu beaucoup en hommage à Charlie en moins de 48h, et venus du monde entier. J’en mets quelques-uns qui m’ont touché.

IMG_0364
crayons

Charlie je suis

IMG_0368

Il n’y a pas eu de neige à Noël…

En-neigeNon, il n’y a pas eu de neige à Noël…

Bien heureusement, la neige est annoncée pour ce samedi matin 27 décembre, et même en plaine !
Il faut s’en réjouir. Un hiver sans froid, sans neige, et je suis tout désappointé.
Plus encore, la végétation et les animaux de notre région sont adaptés à cette venue. Froid et neige sont nécessaires au cycle de vie de notre environnement alpin, flore et faune.
C’est aussi un plaisir visuel, cette transfiguration de nos paysages, magnifiés par cette poudrée de blanc.

Manne qui va permettre enfin aux sports d’hiver de prendre toute leur place.
Mais force est de constater la complète dérive de la politique économique de nos stations et la démesure des aménagements en cours.

Les médias rappellent régulièrement que l’objectif fixé aux accords climatiques à construire n’est pas d’empêcher le réchauffement de notre climat (Plus possible !), mais de le limiter à + 2° d’ici la fin du siècle.
Objectif qui demande engagements et politiques coordonnées à l’échelle mondiale, lors des rencontres internationales sur le climat (nommées COP, dans la lignée du protocole de Kyoto).
La COP N°19, à Copenhague en 2013, a été un grave échec, les pays ne s’accordant pas pour créer une dynamique en faveur de la préservation de notre climat. La COP 20, qui vient d’avoir lieu à Lima, était limitée à la préparation de la COP 21 qui aura lieu en décembre 2015, à Paris, et qui sera le vrai rendez-vous si on ne veut pas rater le virage essentiel à donner avant 2020 aux économies de tous les pays pour préserver notre éco-système.

Lire la suite

Le jour du « dépassement »

EOD_2014_logo

Le jour 2014 du dépassement approche.
Vers la mi-août, nous atteindrons la date où l’humanité a épuisé le budget de la nature pour l’année. Pour le reste de l’année, nous allons aggraver notre déficit écologique en puisant dans les stocks de nos ressources et en continuant d’accumuler du dioxyde de carbone dans l’atmosphère.
Cet indicateur a été créé par un réseau d’associations et de scientifiques, le Global Footprint Network (Réseau de l’empreinte écologique globale) : il mesure ainsi la demande de l’humanité face à l’offre des ressources naturelles et des services écologiques renouvelables.
Et ces données donnent d’autant plus à réfléchir que la date est de plus en plus précoce, année après année.

Ce réseau associatif précise :

« Pendant la majeure partie de l’histoire, l’humanité a utilisé les ressources de la nature pour construire des villes et des routes, pour fournir de la nourriture et créer des produits. La nature arrivait à absorber nos dioxydes de carbone, c’était bien intégré dans "le budget de la Terre ".
Mais au milieu des années 1970, nous avons franchi un seuil critique : la consommation humaine a commencé à dépasser ce que la planète pourrait reproduire. »

Selon les calculs de Global Footprint Network, notre demande de ressources et des services écologiques a, depuis 2008, un rythme moyen équivalent à celui de plus de 1,5 planète Terre.
Lire la suite

Gaza, liberté

✎ « Lever la voix face au massacre qui est perpétré à Gaza, c’est aujourd’hui, je l’écris en conscience, un devoir pour la France. »

✎ « Comment comprendre aujourd’hui que la France appelle à la «retenue» quand on tue des enfants en connaissance de cause? »

✎ Il y a un droit à la paix qui est le même pour tous les peuples. La sécurité telle que la recherche aujourd’hui Israël se fait contre la paix et contre le peuple palestinien.

✎ « Comment oublier le profond déséquilibre de la situation, qui oppose non deux États, mais un peuple sans terre et sans espoir à un État poussé par la peur?

✎ Il n’y a pas de partenaire en Palestine car les partisans de la paix ont été méthodiquement marginalisés par la stratégie du gouvernement d’Israël. La logique de force a légitimisé hier le Hamas contre le Fatah. Elle légitime aujourd’hui les fanatiques les plus radicaux du Hamas voire le Djihad islamique. »

✎ « Le peuple israélien est un peuple de mémoire, de fierté et de courage. Mais aujourd’hui c’est une logique folle qui s’est emparée de son État, une logique qui conduit à détruire la possibilité d’une solution à deux États, seule envisageable. »

Tout le texte est à lire et relire, notamment les mesures préconisées.

Le malaise, c’est de devoir ainsi citer Dominique de Villepin, parce qu’il porte là un positionnement qu’on attendrait plutôt des responsables en charge de la politique nationale.
Je vais finir par penser que Le Figaro devient fréquentable


Ce très court-métrage d’animation «Closed Zone» a été créé avec le groupe des droits de l’homme Gisha en 2009 par Yoni Goodman (directeur de l’animation pour le film nominé aux Oscars « Valse avec Bachir »).
Il montre la fermeture de la bande de Gaza et ses effets sur la capacité de 1,8 millions d’êtres humains qui y vivent pour satisfaire leurs besoins quotidiens, ainsi que leurs rêves et leurs aspirations.

*-*-*-*-*-*-*-*-*
Biographie de Yoni Goodman (Wikipedia)

Goodman a commencé sa carrière comme illustrateur et graphiste, travaillant pour deux des principaux journaux israéliens, Maariv et Haaretz. En 1998, il a étudié au département de communication visuelle dans Bezalel Academy of Arts and Design, Jérusalem, avec spécialisation en animation.
Après avoir obtenu son diplôme en 2002, Yoni a travaillé comme animateur et illustrateur freelance, en travaillant sur des publicités, des courts métrages et clips, ainsi que l’animation de l’enseignement à l’Académie Bezalel des Arts et de Design.

En 2004, Yoni a travaillé comme directeur de l’animation pour la série documentaire de Ari Folman « Le matériau dont l’amour est fait », puis dans le film de Ari Folman « Valse avec Bachir ». Goodman a également développé la technique Adobe Flash coupe-circuit pour le film.

Yoni Goodman vit actuellement en Israël avec sa femme et ses trois enfants.

Dilemme gazaoui

Logo-DH-Palestine oeil
Oui, c’est à propos de la guerre menée sur Gaza.
Pro-palestinien ne veut pas dire anti-Israël, en tout cas dans les solutions politiques (les commentaires et positionnements sur les politiques gouvernementales actuelles restant libres).
Philie/phobie, pro/anti, … la guerre ne permet pas beaucoup de nuances s’il n’y a pas de négociations.

Je suis francophile :  Non à la francophobie !
Et je suis aussi francophone : Non à la … ? (francophonophobie !)
L’Arpitan, la langue originelle de notre région, elle, n’a pas pu gagner historiquement.
Mais, le français est une magnifique langue de communication.

En tout cas, quand la France se fait pesante, j’aime lire les médias québécois et wallons, et les journaux romands (Tribune de Genève, Le Courrier, Le Temps).
Et aussi l’expression en français dans les médias du Maghreb.
Voire du Liban.
Cela permet de bénéficier d’un point de vue décalé, d’infos vues d’ailleurs que de nos « banlieues »…

Maghreb/Gaza/Chili :
  Chili-Israel, rupture diplomatique

Liban/Gaza/Israël :
  Tel Aviv, plusieurs milliers de manifestants israéliens contre la guerre à Gaza

Québec/Gaza/Amérique latine :
  L’Amérique latine fustige Israêl et appelle au cessez-le-feu

Genève/Gaza/ manif + rassemblement + marche :
   Manif de soutien aux palestiniens à Genève

   Marche quotidienne pour dénoncer l’agression d’Israël

Belgique/Gaza/solidarité :
   Gaza, la Belgique octroie 6,25 millions d’euros à l’ONU pour les réfugiés palestiniens

Mahmoud Darwich

* – * – * – * – * – * – * – * – * – * –

Toute cette tension mérite aussi un peu d’émotion, de poésie.
Comment ne pas évoquer le plus formidable poète de ce pays, Mahmoud Darwich ?
Lire la suite

Jean Rossiaud, Vert mondial

Blog jean RossiaudLes délégué-e-s du Parti vert européen ont élu Jean Rossiaud comme représentant à la Coordination mondiale des partis verts (« Global Greens Coordination »).
Le 18ème Conseil du Parti vert européen  (Fédération des partis verts d’Europe) s’est tenu à Madrid du 8 au 10 mai dernier. Les 150 délégués ont élu au premier tour, et pour une durée de trois ans, le Vert genevois Jean Rossiaud comme l’un de leurs 3 représentants à la Coordination mondiale des partis verts – Global Greens Coordination.

La Coordination mondiale comprend en effet 12 membres : 3 représentants par fédération continentale. Elle a pour mission de contribuer entre chaque Congrès mondial à renforcer le lien entre les fédérations et à garantir le respect de la charte des Global Greens.

Jean Rossiaud a été conseiller personnel dans la municipalité de Genève jusqu’au 31 Mars 2013.  Il est actuellement Coordinateur du Forum pour une nouvelle gouvernance mondiale.

Polyglotte (4 langues maîtrisées), il souhaite renforcer la coopération en institutionnalisant l'organisation, la professionnalisation et veut élargir le travail et la portée des réseaux des Verts mondiaux en aidant les autres partis verts dans le monde pour faire face à la crise à la fois environnementale et sociale.

Il sera certainement actif dans la préparation du prochain congrès de tous les partis Verts mondiaux qui se tiendra en Europe en 2016.

Lire la suite

20 ans

LesVertsJ’avais  recherché la date de ma première cotisation au parti politique Les Verts : c’était le 19 mars 1993.
(250 Francs de l’époque et 100 F pour l’abonnement à « Infos Vertes », alors notre revue nationale)

J’ai payé ensuite annuellement ma cotisation sans discontinuer, malgré quelques déconvenues inter-personnelles ou des déceptions politiques.

Et j’ai encore continué, militant pour la transformation de nos pratiques, lors de la création d’Europe Écologie Les Verts.

– 20 ans sans faille ; et sans envie d’être élu, situation qui m’est arrivée de manière un peu marginale dans mon « parcours ».
– Et 20 cotisations que je ne regrette pas !

breveon72-ad4d3 Ambitieux, non ?

 

 

Expo Liban

statuette1

J’ai visité avec grand plaisir l’exposition sur le Liban au musée Rath à Genève.

Entre Orient et Occident, ce pays a connu de multiples passages et influences.
J’avais visité en 1972 le Liban. Dépaysement certain, à 20 ans : un côté arabe, un côté occidental, un côté chrétien, un côté musulman, un camp palestinien en plein Beyrouth, …

L’exposition « Fascination du Liban » présente un pointillisme d’objets traversant les religions et les siècles : statues votives, sarcophages, mosaïques byzantines, stèles, manuscrits, icônes …
Il s’agit, comme indiqué, de pister « Les mille et un chemins unissant les Libanais à leurs dieux et l’Au-delà ».

Il est dommage que la violence soit si souvent liée au sacré, autrefois et maintenant.

Reste l’exposition, bien intéressante.