Géothermie profonde – Géoforon : fin de partie

principes-techniques-usages
La demande de permis de recherche en géothermie profonde déposé par la société Géoforon a finalement été rejetée par le préfet de Haute-Savoie.
J’avais consacré une série d’articles à ce sujet.
Recherche blogue
Soit pas moins de 6 articles qui sont retrouvables par la section rechercher sur le blog en y tapant géothermie.


Le sujet nouveau, sa profondeur d’impact, l’ampleur du territoire concerné et une forme de brusquerie dans la démarche et la procédure avaient créé une grande émotion dans ce nord de la Haute-Savoie.
Ma démarche d’enquête sériait les questions de recherche en géothermie, la notion de propriété des recherches, les formules de gestion (public-privé) d’exploitation et de bénéfices ainsi que le lien avec le territoire géologique commun du bassin genevois.

La levée de boucliers dans certains secteurs, les inquiétudes sur l’eau et beaucoup des contributions critiques lors de l’enquête publique avaient montré que le projet tel que présenté n’était pas bon pour notre territoire et l’ensemble des habitants.

Voir ici l’article du Dauphiné Libéré.
Saluons la lucidité du préfet.

Il ne faut pas rejeter le principe de la recherche mesurée et contrôlée en géothermie et de son exploitation juridique en biens communs qu’il faudra patiemment construire.
Avec le canton de Genève et les collectivités françaises et les habitants.

Partageons la nécessité de la transition énergétique, dont fait partie le développement local des énergies renouvelables au service de tous.

Mai 2015 – Mai 1945

LOGO RAvec la fin de ce mois de mai se sont achevées les commémorations du temps des Jours Heureux, il y a 70 ans : la fin de la guerre en Europe et le retour des camps des déporté(e)s, l’élan vers une démocratie sociale.

Au niveau national, ce sont quatre anciens résistants qui sont entrés au Panthéon le jour anniversaire du 27 mai (date retenue comme célébrant la Résistance : le 27 mai 1943 se réunissait sous l’égide de Jean Moulin, et pour la première fois, le Conseil National de la Résistance. Il s’agissait d’unifier l’ensemble des grands réseaux de Résistance, d’assurer la présence des syndicats qui avaient recommencé les luttes et d’adjoindre les partis politiques non collaborationnistes. Tous reconnaissant la primauté du général De Gaulle à représenter la France Libre. Le CNR : L’Unité résistante !)

Le Panthéon a sur son fronton l’inscription « Aux grands hommes la Patrie reconnaissante ».
Et Jean Zay tout comme Pierre Brossolette sont suffisamment admirables pour que leur panthéonisation soit indiscutable.
Affiche rouge
En ces temps de haine de l’étranger, il eut cependant été judicieux d’en faire entrer un dans ce temple de la reconnaissance et de l’exemplarité, un de ces étrangers au cœur si français.
Nous savons le rôle essentiel des maquisards Espagnols républicains des Glières, et du nombre important d’italiens antifascistes dans la Résistance en France.
Ainsi que des hongrois, des polonais, des allemands antifascistes, etc.
Missak Manouchian aurait toute sa place au panthéon des Grands Hommes.

23_etrangers

Aux femmes admirables, la patrie reconnaissante ?
Il faut saluer l’initiative de rendre hommage à deux femmes, Germaine Tillon et Geneviève Anthonioz- De Gaulle. Elles ont résisté contre les nazis et elles ont continué à porter de forts engagements dans la société française, sur la question coloniale en Algérie, pour les pauvres et la dignité de tous.
Geneviève Anthonioz-De Gaulle disait : « Au fond, entre la Résistance et ATD Quart-Monde il y a un chemin commun : le refus de l’inacceptable ».

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Annemasse a honoré de manière remarquable ces 70 ans, sous la conduite de Nabil Louaar et Sophie Fradet, en charge alors comme élus du devoir de mémoire.
– Conférences : Témoignage de Noëlla Rouget (ancienne déportée), intervention de M.et Mme Eric Monnier (présentation de leurs travaux de recherches sur le retour des femmes des camps de concentration et de leur livre « Retour à la vie »), exposé de Robert Amoudruz et Guy Gavard sur Annemasse en 1944-1945
– spectacle fort, « Chronique d’un enfer », (suivi d’un échange avec Walter Bassan, président national de la FNDIRP)
– exposition dans le hall de la mairie dont un panneau spécifique sur Annemasse
– invitation à Marie José Chombart de Lauwe à donner son témoignage de déportée à Ravensbrück.
Le rôle de la gare d’Annemasse comme premier lieu de retour en France de déportées – dont Geneviève De Gaulle – a été donné à la connaissance de tous. Bien peu savaient ce rôle. Et le témoignage de Marie José Chombart de Lauwe, à la salle des conférences, fut remarquable. Elle aussi est revenue de l’enfer, elle a remis le pied pour la première fois en France, à Annemasse.
Grand officier de la Légion d’Honneur, Directeur de recherche honoraire du CNRS, Présidente de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, elle est une des dernières grandes figures de la Résistance encore en vie. Dès 1940, à 17 ans, elle était entrée dans la Résistance, avec sa mère. Elles furent arrêtées en mai 1942.
« Marie-Jo » est déportée en Juillet 1943 au camp de concentration de Ravensbrück, où elle rencontre justement Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz,
Elle a connu aussi Mila Racine magnifique résistante, morte à 24 ans à Mauthausen, pour laquelle elle a dit son admiration sur son attitude en déportation.

Elle explique aux jeunes qu’elle a résisté à leur âge parce qu’elle a vu “Liberté, égalité, fraternité” remplacé sur les frontons de nos mairies par “Travail, famille, patrie”. »
Il y aurait beaucoup à raconter sur son parcours. Voir ici par exemple.
Livre Marie-Jo C d L

Elle vient de publier un livre qui paraissait en librairie le jour même de sa venue à Annemasse et que je me suis empressé d’acquérir.
L’ayant convoyée et accompagnée durant son séjour, j’ai eu droit à une dédicace qui m’a fait très plaisir.

Résister toujours…Dédicace360







A vélo, de plus en plus à Annemasse !



                    Samedi 6 juin
                    à  Annemasse
                    Fête du vélo !

   
Depuis longtemps, j’ai souhaité qu’au-delà des aménagements pro-vélo qui progressent sur la commune et de la prise en compte progressive des déplacements cyclables par l’Agglo, une animation accompagne les efforts matériels pour la mobilité douce.

La Ville d’Annemasse a poursuivi en 2014-2015 ses aménagements de voirie nécessaires aux déplacements à vélo :
– J’ai validé 14 mouvements supplémentaires de « Cédez le passage pour cycliste, au feu rouge ». (S’ajoutant aux 43 installés dès 2013, les premiers en Haute-Savoie)
– Des attaches-vélos ont été installés dans les groupes scolaires M. Cohn et Saint-Exupéry et dans le nouveau quartier du centre, à Chablais Parc.
– Dans le cadre des travaux de création du BHNS, des voies réservées bus/vélo continuent d’être réalisées. (notamment avenue de la Gare )
– La piste cyclable avenue E. Zola va se prolonger de quelques mètres et, comme validé par le groupe de travail avec les associations, profitera d’un aménagement spécifique et sécurisé permettant la traversée de l’avenue, pour rejoindre la rue Coquand via la rue J. Brel.
– Rue du Brouaz, une bande cyclable réservée à contresens de la circulation automobile sera créée dans le sens montant, d’ici la fin 2015.

Le nombre de cyclistes, en toutes saisons, a beaucoup augmenté en quelques années sur notre commune. La part modale visée dans le PDU (Plan de Déplacement Urbain, considéré au niveau de l’Agglo) est le doublement d’usagers cyclistes d’ici 2023 et je pense qu’elle peut représenter bien plus : Strasbourg est à 11% des déplacements effectués quotidiennement par les vélos. Copenhague, au froid climat, est davantage que les Pays-Bas, la référence absolue : en centre ville, plus de 50% de l’ensemble des déplacements sont effectués à vélo !
Continuer la lecture

Élections municipales : à Annemasse, on recommence !

urne

urne 5

 
Le Conseil d’État a délibéré pour l’annulation des élections municipales d’Annemasse.

La raison :
3 listes étaient candidates en mars 2014, tant au premier tour qu’au deuxième tour.
Au final :
– celle de Christian Dupessey, réélu maire, a obtenu 47,4%
– celle de l’UMP, de L. Mermet, a fait 39,5%
– celle du FN, de J. Capasso, a fait 13,1%
Or, une femme de 82 ans, placée en 32ème position (sur 39) de la liste du FN, n’avait pas signé son engagement de candidature : c’était sa fille, également candidate, qui l’avait fait pour elle.

Le candidat de l’UMP, informé, avait déposé, après le deuxième tour, un recours en annulation globale de l’élection, auprès du tribunal administratif de Grenoble qui l’avait suivi.
Le maire d’Annemasse avait ensuite fait un appel, c’est-à-dire un recours devant le Conseil d’État.

Pour le Conseil d’État, il faut refaire toute l’élection (délibéré du 22 mai).
Ce qui ne pourra se faire au mieux que tout à la fin juin (et pour un deuxième tour, début juillet….) ou alors en septembre !
A la différence des situations ordinaires où les sortants assurent la continuité jusqu’à l’élection suivante, là, il n’y aura plus de conseillers municipaux ni de maire à partir de l’arrêté du préfet de Haute-Savoie qui entérinera la décision du CÉ : seulement 3 personnes nommées par le préfet pour « assurer les affaires courantes » à Annemasse.

La situation est assez inédite :
– la liste qui a remporté les élections n’est en rien fautive. Il s’agit d’une faute dans la liste du FN, arrivée N°3.
– De plus, si une sanction du tribunal administratif avait suspendu les deux élus du Front lepéniste pendant 3 mois, depuis, ils avaient repris leurs places au conseil municipal
Bien mieux, ils ne sont pas inéligibles, a indiqué le Conseil d’État, et le même fautif qui conduisait une liste lepéniste avec 38 signatures valides sur 39, conduira probablement une nouvelle liste !
Les décisions de justice administrative peuvent être étonnantes

C’est justement ce qui m’est souvent exprimé spontanément par d’autres élus que j’ai rencontrés, hors de l’Agglo : l’incompréhension est générale.
Et aussi par ce copain, ancien responsable sportif, qui me disait : « Dans un tournoi, si l’équipe classée 3ème ou 4ème a fauté, on la sanctionne d’une manière ou d’une autre, mais pas l’équipe qui a gagné sans commettre d’erreurs. »
Oui, mais en politique, visiblement, on n’est pas en sport.
Continuer la lecture

Méli-mélo

melimeloMélange, cocktail, macédoine, pot pourri, les mots ne manquent pas pour désigner un méli-mélo de sujets variés.
Miscellanées serait trop littéraire pour mon propos. C’est une spécialité mijotée par Joël Périno, que j’ai bien connu à St-Julien-en-genevois, et qui cultive le goût des mots sur son excellent ‘Joueb’.

 

donc, article méli-mélo, en bigarrure :

– Sortir intelligemment le week-end prochain.
Débats en Haute-Savoie :

CRHA, l’association Citoyens Résistants d’Hier et d’Aujourd’hui, n’a pas abandonné les Glières, contrairement à un comédien, ex-président de la République, qui n’a jamais su transformer son show médiatique électoraliste de 2007 en l’élevant en devoir de mémoire.
L’association CRHA organise son rendez-vous annuel  :
⇒ samedi 23 mai, à Thorens-Glières, son Forum des résistances (avec en prélude, dès le vendredi soir, « le cabaret des jours heureux » par la compagnie « AliasVictor ») : riche programmation de débats, et aussi de films et d’expos, à découvrir ici. Je signale notamment la venue de Florence Aubenas, Serge Quadruppani, Yannis Youlountas, Jean-Marie Harribey, Vincent Drezet, Clémentine Autain, Paul Ariès, François Ruffin et bien d’autres.
dimanche 24 mai, sur le plateau, l’édition 2015 de Paroles de résistance, avec Walter Bassan, Annette Beaumanoir, Irène Frachon, Denis Robert, Jean-Claude Lenoir, etc.

– Ménard ? Vous avez dit Ménard ?
Les dérapages du zozo de Béziers n’ont pas manqué depuis 1 an. Et la laïcité qu’il feint de proclamer est, tout à l’opposé, un combat pro-catholique et de guerre religieuse ! Maintenant, responsable de sa ville et donc de tous les enfants en premier lieu, il vient de faire éclater son racisme et son incompétence en mélangeant prénoms, religions, difficultés sociales.IMG_0447
Tout n’est pas superposable !
Et en tous cas, ce n’est pas dans les médias qu’on se coltine le réel.
                        Un spectre grotesque hante la République…
Continuer la lecture

8 mai, Pas de vergogne, l’extrême droite!

LogoNous avons commémoré les 70 ans de la fin de la terrible deuxième guerre mondiale, et la cérémonie à Annemasse a été rehaussée par la lecture de textes de qualité par des jeunes collégiens et lycéens.
Et à Paris même, ce 8 mai, ce sont des jeunes du lycée annemassien des Glières qui recevaient, avec leur professeur, M. Olivier Ramires, le premier prix du concours national de la Résistance pour leur film. On peut voir cette vidéo ici : « Annemasse, retour vers la République » (30′).
Et ils furent aussi accueillis dans le Grand Journal de Canal+ : voir ici.

Cette guerre (qui va se continuer en Asie jusqu’à la reddition du Japon, le 2 septembre 1945) laissa en Europe un bilan sans équivalent dans l’Histoire, avec cinquante millions de morts militaires et surtout civils sur notre continent (évaluation : 400.000 Américains, 400.000 Britanniques, 600.000 Français, huit millions d’Allemands, près de vingt millions de Soviétiques, les millions de déportés, etc).

La capitulation de l’Allemagne nazie est la défaite totale d’une vision politique raciste et expansionniste.
L’installation et la montée en puissance, au cours des années 1920 à 1939, en Italie, en Allemagne, en Espagne, de régimes fascistes et militaristes, a permis la mise en place, au cœur de l’Europe, du plus incroyable système de ségrégation reposant sur la xénophobie puis l’extermination des « autres » : cette question n’est pas un détail de l’histoire, bien au contraire, c’est la matrice du système nazi.
Et cela détermina aussi la structuration progressive du régime de Vichy, Pétain faisant dès le début promulguer des lois antilaïques ségréguant les juifs français, puis déportant les juifs étrangers, puis tous les juifs.
Ces collabos vichyssois qui ne parlaient que de « défendre la France et les français », ne cessaient de se soumettre à l’Allemagne hitlérienne, de pourchasser les Résistants et de dénoncer les « étrangers », main dans la main avec les nazis.

Continuer la lecture

Olympe de Gouges

Elle fut une femme majeure, animée d’élan politique : elle devint une ardente républicaine sous la révolution, mais elle s’opposa à la condamnation à mort de Louis XVI.

Olympe de Gouges publia en 1791 une Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, qui lui assura la place de première féministe de l’Histoire de France. Le projet fut refusé par la Convention.

Elle était un esprit étonnant, une femme pour qui le mot engagement avait un sens plein et entier.
Elle finira guillotinée en 1793, à 45 ans.
Citons quelques-uns de ses combats :
Elle milita contre l’esclavage, le Code Noir de Louis XIV et l’oligarchie colonialiste et esclavagiste. Elle écrivit d’ailleurs une pièce de théâtre (elle avait monté une troupe qui se produisait dans la région parisienne) intitulée L’esclavage des noirs, ou l’heureux naufrage.
Elle plaidait pour un impôt patriotique (il fallut attendre J. Caillaux pour instituer, au XXème siècle, un impôt progressif sur le revenu global)
Elle plaida pour créer un divorce légal ce qui fut fait.
Elle défendit des droits sociaux pour les femmes et la création de maternités.

Continuer la lecture

TAFTA, soyons vigilants !
(écho inquiétant de la P. R.)

J’ai évoqué sur ce blogue, la dangerosité de l’accord TAFTA prévu entre Europe et USA pour « libéraliser » et déréglementer ( = tout serait commerce et ne serait que commerce, quasiment sans normes environnementales et sociales !) les échanges nécessaires entre pays et continents.

Le conseil municipal d’Annemasse en avait délibéré dès septembre 2014, compte-tenu de l’impact local de cet  accord cadre inter-continental qui comportait la précision que «les obligations de l’Accord engageront tous les niveaux de gouvernement » (régional, départemental, communal) …
Voir mon article ici.
Ce positionnement de l’assemblée communale annemassienne a permis, notamment à travers l’écho des médias, d’informer et de sensibiliser citoyennes et citoyens, bien au-delà de la commune.

Bien sûr, comme pour toute délibération, le compte-rendu a été intégré dans le PV officiel de cette session du conseil municipal. Et, s’agissant aussi d’un vœu à destination des décideurs nationaux et européens, il fut envoyé aux plus hauts responsables concernés.
Monsieur le maire d’Annemasse a eu le retour de ces courriers, et je souhaitais ici en faire quelques commentaires strictement personnels :

la réponse de la Commission européenne :
M. Juncker avait accusé réception de notre délibération, dès octobre 2014 : Reception de notre vœu par Juncker
Je suis ravi de savoir que la Poste fonctionne parfaitement

la récente réponse de M. le président de la République :
Le cabinet de la Présidence de la République vient de faire, 6 mois après, un courrier-retour « argumenté » au vœu communal, à la demande de M. Hollande. Réponse à notre vœu par Présidence de la République
C’est signé par Mme Isabelle Sima, « le chef » de cabinet de la Présidence de la République, en date du 8 avril 2015.
Je la reproduis aussi au format texte et je la commente :
Continuer la lecture

Voter pour un renouvellement départemental

Sans titre 3

Les résultats des élections départementales, canton par canton, ne sont pas très réjouissants.
Au national, beaucoup a été dit et commenté, avec des résultats souvent biaisés, et ce parfois dès 20h05 …

EELV avait fait le choix de ne pas être présent partout pour des raisons diverses :
– difficulté à trouver 4 candidat(e)s, pour un conseil départemental ayant des fonctions mal définies.
– volonté de ne pas disperser des voix environnementales et progressistes dans certains cantons tendus : car, en être réduit à choisir, au deuxième tour, la droite contre l’extrême droite, sans alternative, est une donnée politique inquiétante qui se présente en de trop nombreux endroits !
Encore faut-il que, en l’absence de proportionnelle, chacun ait le souci de ne pas être hégémonique et de concéder de manière équitable les possibilités de succès. Au fait, ne vient-on pas de modifier la loi électorale pour ces élections départementales ?

Bilan :

National :
Le PS, quand il se présente seul, est en moyenne nationale autour de 20% : le centre de gravité politique incarné actuellement par le Gouvernement n’est pas en mesure de permettre un rassemblement suffisant pour espérer atteindre une majorité.
Je souhaite, comme EELV, le regroupement le plus large possible, pour des choix écologistes et sociaux sérieux : rassembler notamment ceux qui ont voté Hollande au deuxième tour de la présidentielle de 2012. Et qui veulent des options politiques déterminées par le rassemblement de 2012.
La politique nationale laisse beaucoup trop de monde au bord du chemin.
Et ne nous engage pas fortement vers des choix écologiques indispensables.
Certes, plus localement, les choix peuvent davantage fédérer des forces différentes pour le bien commun. En tout cas, EELV souhaite infléchir les politiques et peser pour ce large rassemblement.
Continuer la lecture

Savoie, sillon humain dans le temps et l’espace

SavoieJe suis de ce territoire, la Savoie.
C’est un bien légué, pas un choix. Mais bien assumé.
Deux départements regroupent l’essentiel de cet espace.

C’est une région singulière, montagnarde, pont entre Italie et espace français, mère d’eaux : lançant des torrents qui depuis les glaciers alpins rejoignent le Rhône ; accueillant des lacs, Bourget, Annecy et ouverte sur le Léman.

Nous sommes entrés, la semaine dernière, dans la 600ème année de la reconnaissance forte de ce territoire : le 19 février 1416, le Comte de Savoie, Amédée VIII,  était fait Duc de Savoie.250px-Hundred_years_war_france_england_1435
A l’époque le Duc de Bourgogne, Jean sans Peur, concurrençait le roi de France.
Face à lui, le Dauphin Charles VII (celui de Jeanne d’Arc) dut se réfugier à Bourges, en 1418….
Et la Maison de Savoie était une nation souveraine.
L’empereur Sigismond Ier, en érigeant le 19 février 1416, le Comté de Savoie en Duché de Savoie, lui offrit une autonomie politique sans précédent. Les successeurs d’Amédée VIII de Savoie porteront désormais le titre de duc jusqu’à ce qu’ils deviennent rois de Sicile, puis de Sardaigne au début du XVIIIème siècle.
Le Duché de Savoie, élevé en Etat de haut niveau de souveraineté, commandait tout le passage des Alpes, jusqu’à Nice.
Continuer la lecture

70 ans, déportation (2) : Art Spiegelman, « Maus »

couv MausCe livre, Maus, est un album (deux volumes) de bandes dessinées. Aborder un sujet tel que la déportation et l’extermination massive des juifs sous le nazisme par le vecteur de la BD est un pari incroyable.
Sous-titrée « Un survivant raconte », cette œuvre utilise des dessins d’animaux (souris, chats, cochons, …) en silhouettes humaines qui assurent la représentation de cette véritable épopée, du narratif familial à la grande Histoire fracassante.
En quelques pages, j’étais rentré dans le procédé narratif de Spiegelman : le choix de la figuration animale, les allers-retours présent-passé à travers le témoignage de son père, le relationnel régulier à New York de l’auteur avec son géniteur.

C’est un livre qui est d’ailleurs impressionnant sur la relation de Art avec son père, Vladek. C’est ainsi sans concession sur les travers insupportables de ce rescapé des camps, son racisme (!), son avarice.
Mais au delà du respect filial qui reste toujours présent, Art Spiegelman veut traduire au plus niveau la Vérité.
La vérité des êtres, la vérité du caractère insupportable de son père, la vérité de l’holocauste à travers le parcours du père et aussi de la mère, déportée également.



70 ans : Libération des camps (1)

Le 27 janvier 1945, il y a 70 ans, le camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz était libéré par l’Armée rouge. Les soviétiques découvraient ce qui deviendra le symbole terrifiant du nazisme.
Priere
Né en 1952, j’ai eu dans les années 60 toute une sensibilisation à cette période historique, à découvrir l’hallucinante industrie nazie du racisme et de la déportation. C’est une donnée fondatrice de ce que je suis.
– Mon prénom est celui de mon parrain, déporté à Dachau, pour faits de résistance (arrêté en 1943 alors qu’il transportait dans son camion bétaillère de la nourriture et des armes pour les maquis entre Savoie et Haute-Savoie). Il avait épousé une de mes tantes paternelles. Solide, ayant fait jeune de la boxe, il revint de Dachau en 1945.
– Mon père, policier à Annecy, membre de l’AS et des NAP, fut interné par la Milice (« les Canadiennes) à « l’intendance » : frappé, emprisonné dans des conditions lamentables, il fut finalement libéré, après des jours de mauvais traitement -fautes de preuves tangibles et d’aveu. Dans un texte tapé après guerre à la machine à écrire, il dénombrait : « Police… là encore se sont manifestés de nombreux dévouements. Hélas, … là comme ailleurs des camarades ont payé de leur liberté, de leur vie. Vingt arrêtés, dix déportés, six morts, uniquement à Annecy. »
Continuer la lecture