Vélo pour le quotidien

panneaux
Ce sont deux panneaux dans Annemasse, en cette fin janvier et début février 2016 :
carrefour rue Camps ┴ rue Coquand.
J’ai beaucoup apprécié.

Indiquer pour les cyclistes des déviations possibles, c’est prendre au sérieux les déplacements à deux roues dans la Ville (et l’Agglo)

 


deviations-velo

Clic pour agrandir


C’est une vraie culture cycliste qui s’est installée de manière pérenne à Annemasse dans ce mandat municipal où plusieurs élu(e)s pratiquent au quotidien ce moyen de déplacements, où de très nombreux cadres fonctionnaires en font leur usage essentiel ainsi que de nombreux autres employé(e)s de la ville.




– Oui, c’est un problème si une cohérence des trajets, de manière sécurisée au mieux, n’est pas possible (cela se construit dans la durée dans une ville qui n’a pas un gabarit de rue adéquat.)
– Oui, c’est un problème si en cas de chute de neige, les services de voirie accumulent le trop plein de flocons dans les bandes cyclables. (il faut faire bouger progressivement ces pratiques)
– Oui, c’est un problème si l’on ne trouve pas répartis en de nombreux endroits, des points d’attache-vélos. Là, on commence à être bien à Annemasse 😉

Donc, c’est pas à pas qu’un usage adapté et commode du deux roues s’imposera : bicyclette qui permet d’aller vite, d’aller bien, de ne pas perdre de temps à chercher où se garer ou de payer (nécessairement) l’espace volumineux occupée par une voiture dans des villes très contraintes.

Et donc
-> de libérer de l’espace
-> de respirer un air sain
-> de soulager chacun de l’agression de bruits continuels

Voie-verte

Clic pour agrandir


Sur l’Agglo, 2016 verra le début du travail de réalisation concrète de la Voie Verte qui depuis Bonne ira à la frontière suisse, avec un parcours « royal » sur le linéaire du CEVA à Ambilly et Gaillard.
Ce segment de la Voie Verte globale, pilotée par le département, allant de Chamonix à Genève (dite « Léman- Mont Blanc« ) se réalisera progressivement pour s’achever en 2019.
Ce sera sur notre Agglo un itinéraire structurant essentiel pour le développement de la pratique quotidienne du vélo, avec aussi les itinéraires de rabattement qui se feront sur chacune des communes traversées et avec la mise en cohérence de la signalétique vélo.
Cela permettra d’aider au challenge relevé par Annemasse Agglo d’être dans les 5 ans une « ville respirable » suivant l’appel à projet du ministère.

Dopage mécanique ?
C’est une nouvelle expression pour évoquer le trafiquage de vélo de compétition, premier cas sanctionné en janvier 2016.
Avec des évolutions possibles, à 200’000 €….
Et si le dopage mécanique devrait être banni du sport-vélo, l’assistance électrique doit et va se développer. C’est le cas déjà dans beaucoup de pays et cela va se poursuivre en France et dans notre région.

D’ailleurs, ce qui me frappe, c’est toute l’inventivité et la créativité autour des vélos (pliants, portables, fixies, en carton, en bambou, etc.)
Il se crée, en France même un vélo à pile hydrogène !
Le vélo, c’est l’avenir, le must du XXIème siècle.

Et le magazine édité lors de Vélo-city, le colloque international qui s’est tenu à Nantes en 2015, en balaie plusieurs dimensions. (télécharger le pdf)

Plus et mieux :
Cependant, il faudra d’autres initiatives nationales pour promouvoir plus encore les pratiques de la pédale partout en France.
Lors de ses voeux à la presse le 27 janvier, le Club des villes et territoires cyclables a regretté les atermoiements du gouvernement sur l’indemnité kilométrique vélo et l’exonération fiscale pour l’achat de flottes vélo par les entreprises.
Le CVTC a demandé une accélération des politiques pro-vélo. dans le cadre de la Transition énergétique.

– Quand on sait l’importance économique de ce secteur pour la France, il serait temps de pédaler un peu plus vite.
– Quand on saisit les enjeux sanitaires, environnementaux et énergétiques sur toute la planète, il faudrait pédaler plus souvent.
– Quand on voit l’évolution dans des pays voisins, il faudrait appuyer plus fort pour rattraper le peloton : les Pays Bas (à Amsterdam, 44% des déplacements se font à vélo), le Danemark (à Copenhague, 55% des déplacements à vélo !)
Plus modestement visons, près de nous, les performances de Berne (20%), Bâle (25%), Grenoble (6%), Bordeaux (8%) ou Strasbourg (15% au centre ville)

 

Et un vélo, cela permet aussi de partir …
Libé-taubira

Alors, et alors seulement, le départ d’une ministre –démissionnant certes avec panache- ne sera pas médiatiquement axée sur le fait qu’elle se déplaçait à vélo.