Verte Slovénie

J’ai passé environ deux semaines en Slovénie, de camping en camping.

Je n’avais pas pris de vacances à l’étranger depuis …des décennies. (deux au moins !)

Dans cette région, j’avais voyagé en Yougoslavie vers 1975, en circuit  d’études (1) organisé avec des gens divers.
En Croatie, Serbie, Bosnie-Herzégovine, j’avais trouvé le pays âpre et les gens  dynamiques.

J’ai découvert cet été la Slovénie, indépendante. J’ai beaucoup apprécié la beauté de la nature et le souci de préservation qu’ont les Slovènes de leur territoire.

Beaucoup de jeunes, de jeunes femmes que j’ai probablement davantage remarquées car nombreuses  à avoir une vingtaine d’années, nées donc au moment de l’indépendance: le boom de l’espoir !

Des forêts importantes (la Slovénie est en proportion, le deuxième pays d’Europe après la Finlande pour le pourcentage de son territoire forestier), des torrents magnifiques près du Triglav et beaucoup de lieux pour des pratiques sportives variées m’ont fait apprécié  le territoire et les gens malgré une langue slovène éloignée de mon français et mon anglais devenu très sommaire…


 

(1) Voyage en Yougoslavie, autour de l’année 1975 : avec des jeunes toutes et tous « politisés » mais d’horizons différents. Dont, par exemple, quelqu’un que je retrouverai quelques années plus tard, Nicole Notat, devenue ensuite secrétaire nationale de la CFDT. Elle était alors « inconnue »,  secrétaire départementale de son syndicat à l’époque.

Ce voyage mêlant études et loisirs autour des pratiques d’autogestion dans l’ex fédération de Yougoslavie m’avait permis de rencontrer des « yougoslaves » en recherche de structuration politique, même si des tensions et des phénomènes bureaucratiques étaient évidents.

Print Friendly, PDF & Email