EELV : journées d’été à Lille

Logo-Lille
J’ai participé, du 19 au 22 août, aux Journées d’Été d’EÉLV qui se déroulaient cette année à Lille :  travail sur la COP 21, la transition énergétique, le rôle des territoires, la question fortement émergente de la santé environnementale, etc.

Il n’y a pas eu de discussion sur les alliances, c’est ce qui a fait problème pour certains !
François De Rugy, député, voulait visiblement en parler.
La question nationale des alliances  ne se posait pas réellement en cet été 2015. La prochaine perspective électorale, ce sont les élections régionales.
– Dans certains régions, EELV se présentera en autonomie (d’ouverture : c’est-à-dire avec aussi des personnes non encartées, des militants associatifs).
– Nouveauté : en plusieurs régions, une alliance dès le premier tour se fera avec tout ou partie du Front de gauche. Des déceptions sur certains territoires avec des élus du PS et, surtout, un agacement certain par rapport à un manque d’engagement des gouvernements Hollande ont cristallisé chez des adhérents et militants EELV la conclusion d’une alliance électorale de premier tour avec d’autres forces. Ce sera ainsi le cas en Rhône-Alpes (ou plutôt Auvergne Rhône-Alpes : AURA). Tout cela a été débattu et validé, certes pas à l’unanimité, dès le début de l’été 2015.
Ailleurs, ce sera validé -ou pas- en septembre. Le 12 septembre par exemple, en Picardie-Nord & Pas-de-Calais.
Il n’y a donc pas d’uniformité hexagonale, il y a des configurations territoriales, des sensibilités diverses, des personnalités attractives ou dissuasives… Dans chaque région, les débats ont eu lieu et sont arbitrés.

Cela ne convient plus à J. V. Placé ou François De Rugy ou bien à d’autres qui ne voudraient nulle part de ce type d’alliance de premier tour. C’est une position singulièrement doctrinale.
Je peux la comprendre, mais en Ile-de France, la liste sera vraisemblablement autonome au premier tour, sans alliance à gauche. Ce n’est pas aux Journées d’Été qu’une stratégie nationale allait être débattue. Et on n’est pas dans la préparation directe des élections présidentielles au niveau du mouvement écolo.
Et pour ma part, l’important est qu’au deuxième tour se scellera la configuration globale de gestion de chaque région : et il est incontournable de le faire en alliance avec le Parti Socialiste.

Aussi, ai-je été beaucoup agacé par le discours de plusieurs médias disant qu’à ces journées d’été, il avait été plus question de politique électorale que de sujets écologiques. C’est exactement le contraire ! C’est prendre les questions des journalistes (en off des réunions de travail) pour la réalité vécue qui a été tout autre. C’est sûr que c’est plus sexy d’évoquer le divorce d’avec le mouvement de tel ou tel plutôt que les modalités de financement de la transition énergétique …

De Rugy
Je mets une photo d’un atelier sur la pollution de l’air et les mesures territoriales locales à prendre. Justement François De Rugy y intervenait tout comme Jacques Venjean, le militant -et médecin- de Sallanches, actif pour la qualité de l’air en Vallée d’Arve.


Ce qui m’a frappé comme toujours, c’est le sérieux des participants dont beaucoup prenaient un compte rendu sur leur ordi portable ou saisissaient des notes sur un calepin .
Invité, Laurent Fabius a été bon lors de la plénière sur la COP 21. Je l’ai applaudi comme quasiment tout le public et il n’a pas été contesté sur ses interventions. La gravité de la situation planétaire, la nécessité de réussir, les difficultés exposées à conclure un accord mondial pour le Climat, en décembre 2015, à Paris, habitaient chacune et chacun et notamment à la tribune, la secrétaire du parti, Emmanuelle Cosse.

Par ailleurs, les stands de nourriture bio, les stands divers (défense animale, végétariens, énergies partagées, etc) intéressaient nombre des participants.
L’importance de l’engagement militant et du dévouement des adhérents de Picardie et du Nord & Pas-de-Calais a permis une sérénité de travail pour les quasiment 2000 personnes ayant passé quelques heures ou 3 jours sur le site de Villeneuve d’Ascq… En restant cohérent, ce que tous les partis ne savent pas faire…
Gobelet

L’indispensable gobelet pour ces 3 jours était fait dans une matière sans carbone. Toujours attentifs à garder une cohérence et porter en avant des modèles, EELV avait été des premiers à utiliser jadis des écocups , bannissant les gobelets jetables.
Pour 2015, c’est une nouvelle première, le gobelet était fait à partir d’algues. Vers le zéro carbone. C’est dans le quotidien de notre travail, de nos loisirs et de nos fêtes que nous devons protéger une planète vivable.


Et tout le programme (je mets le sommaire en images ci-dessous), de l’édito d’Emmanuelle Cosse aux multiples conférences et ateliers d’échanges étaient consacrés à mieux se former sur les sujets écologiques essentiels et sur les solutions à construire.
Le bla-bla de désinformation sur la teneur de ces journées m’a profondément agacé : passer plusieurs jours, très denses, à nos frais militants à l’autre bout de la France pour être rabaissé par les médias est vraiment insupportable.
Il existe cependant des restitutions plus fidèles, comme celle-ci.

Certes, il reste les divergences fortes en interne sur les alliances principales à conclure pour avancer les solutions écologiques et économiques pertinentes.
Les constructions tactiques peuvent diverger, et des portes claquent. C’est dommage.
Mais ce n’est pas suite au contenu de ces journées de travail. C’est ailleurs que cela se passe.

Je suis opposé à une politique du pire, qui créerait soit-disant les conditions -illusoires- d’un basculement populaire. Je resterai toujours plus proche d’un François de Rugy que d’un Christian Estrosi et de Christiane Taubira que de Nadine Morano…

  • Edito