Élections municipales : à Annemasse, on recommence !

urne

urne 5

 
Le Conseil d’État a délibéré pour l’annulation des élections municipales d’Annemasse.



La raison :
3 listes étaient candidates en mars 2014, tant au premier tour qu’au deuxième tour.
Au final :
– celle de Christian Dupessey, réélu maire, a obtenu 47,4%
– celle de l’UMP, de L. Mermet, a fait 39,5%
– celle du FN, de J. Capasso, a fait 13,1%
Or, une femme de 82 ans, placée en 32ème position (sur 39) de la liste du FN, n’avait pas signé son engagement de candidature : c’était sa fille, également candidate, qui l’avait fait pour elle.

Le candidat de l’UMP, informé, avait déposé, après le deuxième tour, un recours en annulation globale de l’élection, auprès du tribunal administratif de Grenoble qui l’avait suivi.
Le maire d’Annemasse avait ensuite fait un appel, c’est-à-dire un recours devant le Conseil d’État.

Pour le Conseil d’État, il faut refaire toute l’élection (délibéré du 22 mai).
Ce qui ne pourra se faire au mieux que tout à la fin juin (et pour un deuxième tour, début juillet….) ou alors en septembre !
A la différence des situations ordinaires où les sortants assurent la continuité jusqu’à l’élection suivante, là, il n’y aura plus de conseillers municipaux ni de maire à partir de l’arrêté du préfet de Haute-Savoie qui entérinera la décision du CÉ : seulement 3 personnes nommées par le préfet pour « assurer les affaires courantes » à Annemasse.

La situation est assez inédite :
– la liste qui a remporté les élections n’est en rien fautive. Il s’agit d’une faute dans la liste du FN, arrivée N°3.
– De plus, si une sanction du tribunal administratif avait suspendu les deux élus du Front lepéniste pendant 3 mois, depuis, ils avaient repris leurs places au conseil municipal
Bien mieux, ils ne sont pas inéligibles, a indiqué le Conseil d’État, et le même fautif qui conduisait une liste lepéniste avec 38 signatures valides sur 39, conduira probablement une nouvelle liste !
Les décisions de justice administrative peuvent être étonnantes

C’est justement ce qui m’est souvent exprimé spontanément par d’autres élus que j’ai rencontrés, hors de l’Agglo : l’incompréhension est générale.
Et aussi par ce copain, ancien responsable sportif, qui me disait : « Dans un tournoi, si l’équipe classée 3ème ou 4ème a fauté, on la sanctionne d’une manière ou d’une autre, mais pas l’équipe qui a gagné sans commettre d’erreurs. »
Oui, mais en politique, visiblement, on n’est pas en sport.

Tout cela apparait d’autant moins honorable que, si le candidat de l’UMP fut mis au courant de la signature par la fille au lieu de la mère, c’est que c’était le cas pour d’autres usages dans cette famille.
Et que, c’est maintenant connu, l’information de cette situation lui est venue directement du FN, ou plutôt d’une sympathisante de la liste du FN qui, quelques jours avant le dépôt de liste, décida de passer du FN sur la liste UMP.

Tout cela ne grandit pas la liste minoritaire UMP qui s’offre ainsi un remake de l’élection, se refait un film, espérant que la version 2 lui sera plus favorable que la version 1, et non pas que le FN soit sanctionné.
Tout cela est très limpide.

Elo OleEt les pages FaceBook sont toujours de merveilleux « selfies » : des auto-portraits révélateurs.

Le jour du délibéré, voici le « post » de la tête de liste du FN, avec le commentaire en image de sa fille, Elo Capasso-Chevalier, aussi conseillère municipale FN, avant de quitter la Haute-Savoie, il y a quelques mois.

                          Elo   crie   … Olé !

 

C’est vraiment une victoire de l’UMP d’Annemasse et du FN que cette reprise des élections.
FN plus

 

Confirmé par un autre « post » de la tête de liste à 38 signatures (ou de son tuteur politique).


<– Cliquez sur l’image

 



C’est un plaisir pour ces gens là, L. Mermet et J. Capasso, ravis d’être recuits dans des joutes politiciennes et électoralistes.

Pendant ce temps, au détriment des habitants, les décisions de la Ville et celles de l’Agglo vont être au point mort

 

 

Print Friendly, PDF & Email