Laïcité : 9 décembre… en janvier !

Lors de la réunion mensuelle de travail entre élus et services du pôle espaces publics, le sujet de la plantation d’un arbre, à l’occasion de la COP21 (action proposée par l’association des maires) fut abordé en octobre. Un élu suggéra que l’on marque aussi les 110 ans de la loi de 1905, portant séparation des églises et de l’Etat, et que l’on plante également un arbre à cette occasion.
Un arbre c’est bien, deux arbres, c’est mieux !

Le principe fut ensuite validé en municipalité par le maire, pour un arbre fruitier dans un parc et un arbre d’ornement dans une école, en laissant faire les choix aux excellents services Parcs et Jardins de notre commune.

    • Le 25 novembre, dans le cadre d’un arbre pour le climat, c’est un pommier qui fut ainsi enraciné au Parc Olympe de Gouges.
    • Le 9 décembre, devait se dérouler la plantation d’un bel arbre d’ornement : date anniversaire de l’adoption du texte de 1905, texte porté par Aristide Briand et défendu par Jean Jaurès, qui a permis d’apaiser largement des tensions fortes entre les religions et le pouvoir d’Etat (clarification essentielle dans un pays aussi divers que la France) ainsi qu’entre religions elles-mêmes (sans remonter aux guerres de religion, encore au XVIIIème siècle, des protestants ont été enterrés dans leur propriété, n’ayant pas leur place au cimetière catholique du village).
Annemasse n’est pas la première dans le département, le maire d’Annecy ayant marqué à plusieurs reprises le 9 décembre de cette manière.

Malheureusement, le 9 décembre 2015, cela tombait pendant les élections régionales, pour lesquelles le maire d’Annemasse était candidat : l’Education Nationale indiqua, tardivement, que le devoir de réserve des institutions de l’Etat ne permettait pas de faire cette cérémonie dans une école d’Annemasse à ce moment là.

photo 56BISLa plantation fut donc reportée à janvier, à l’école Jean Mermoz, en présence de l’inspectrice de l’Education Nationale et du Directeur départemental des services académiques, avec l’engagement du directeur de l’école et d’enseignantes.
Le Tulipier de Virginie planté ce jour-là offrira à tous ses feuilles singulières, d’un vert marqué au printemps et, à l’automne, sa silhouette dorée, toujours plus forte, pour des centaines d’années.

La diversité resplendissante mérite d’être admirée.

Histoire :
– le pommier viendrait du Kazakstan, et il fut introduit très anciennement en Gaule.
– le tulipier amené vers 1700 en France, nous est venu des Etats-Unis, notamment de l’Etat de Virginie.

Pour comparaison :
– Le marronnier, arbre très commun de notre pays, nous est venu de Grèce, via la Turquie, vers 1615 à Paris
– Si l’on considère des légumes, la tomate n’arriva d’Amérique du sud, via Naples, que vers 1600 en France, et encore…, la pomme d’amour était alors considérée comme plante d’ornement…
– La pomme de terre, notre tartifle, vint des pays Incas après 1600, pour nourrir les bêtes et les humains, en Europe, en Savoie, puis en France.

On peut dire que nos arbres et nos légumes se sont grandement diversifiés entre 1600 et 1800, résultat d’un premier saut de mondialisation avec les grandes expéditions européennes et les brassages qui suivirent.
Ce qui aujourd’hui, d’ornement ou de consommation, parait de souche, vient le plus souvent d’ailleurs.
Et s’est harmonisé progressivement avec bonheur, esthétique et gourmandise dans notre belle France.


Que le 9 décembre 1905 voit ses 110 ans de vertu célébrés en janvier n’est pas grave.
Les enfants chantèrent d’agréable manière et, après une prise de parole d’excellente tenue du maire, de la DDEN et du directeur académique, dirent un poème à la manière d’Eluard, une belle interprétation-création sur liberté-laïcité.

4844094_6_a5a6_affiche-de-julien-micheau_d3290cdfd6ca6b2d61a99bc184c60c16