Miscellanées politiques d’été, sous la pluie : le monde est fou

Bleu-piscine
Le FN change !
Il martelait Bleu marine ! Bleu marine ! Bleu marine !
Maintenant, d’ailleurs tout est bleu :
la municipalité FN de Hayange repeint une œuvre en bleu (sans en avertir l’artiste)
Le FN est ainsi passé du Bleu Marine au Bleu Piscine.

Vive le RBP, le Rassemblement Bleu Piscine !
Cela fait longtemps qu’il touche le fond.

 

Alain Finkielkraut ne change pas !
Il manie une belle langue. Personne ne peut lui faire le reproche de ne pas aimer le français et de ne pas le maîtriser.
C’est ce qui rend plus effarant chez lui la récurrence de formulations choquantes. Un exemple récent, dans le Figaro, à propos de la guerre subie à Gaza :
gazablast

4465953

53d449d80fa3dBtd7hgFCcAAQWij « Lorsqu’on me dit que ces habitants n’ont nulle part où aller, je réponds que les souterrains de Gaza auraient dû être faits pour eux. Il y a aujourd’hui des pièces bétonnées dans chaque maison d’Israël. Mais le Hamas et le djihad islamique font un autre calcul et ont d’autres priorités architecturales. »

Que cet intellectuel français pense (?!) que l’on va ainsi, au regard d’une population manquant de tout (eau potable, nourriture, sommeil, sécurité des enfants …), répondre au sentiment d’injustice et de solidarité qui sensibilise le monde entier, me laisse désemparé.
Les habitant(e)s de Gaza n’auraient nulle part où aller ? Mais si, les souterrains !

‘Les priorités architecturales’… Finkielkraut, réveille-toi !





Parallélisme, similitude, analogie, comparaison… :
Le nazisme reste, pour ma génération, l’horizon indépassable et indépassée du Mal politique.
La solution finale fut décidée au bord du lac de Wannsee, en janvier 1942, par un aréopage comprenant de nombreux titulaires d’un doctorat, beaucoup ayant fait des études de droit, dont plusieurs d’entre eux aimaient la musique, les arts, les animaux ; mais pas les juifs, pas les tziganes.
Cela montre que le savoir se travaille avec la compassion ; que penser c’est aussi se décentrer et rentrer dans une autre peau, celle d’un autre humain. Que la science mérite une conscience universelle.

J’ai probablement dû, beaucoup plus jeune et dans la tension collective d’affrontement avec des forces de police, lancer avec d’autres : « CRS, SS ! » . C’était dire, à ce moment là, le rejet de ce qui nous était opposé, de ce qui nous apparaissait agressivité et violence injustifiées.
Mais, pas de quoi valider l’appellation ‘SS‘. La structuration des SchutzStaffel, leurs méthodes criminelles et leurs objectifs racistes, le système dictatorial meurtrier dans lequel ils sévissaient rendent dérisoire la comparaison avec les Compagnies Républicaines de Sécurité. Forces de l’ordre qui peuvent cependant déraper dans des violences inacceptables à tel ou tel moment.
CRS= SS , c’est du slogan de pacotille ou des potacheries de mai 68. Au XXIème siècle, en tout cas, cela ne s’écrit pas, sauf à délirer. C’est une offense à notre Histoire.
manif 19-07


J’ai vu, tout au long de la manifestation d’Annecy (samedi 19 juillet) de soutien aux palestiniens, manif diverse et digne, une pancarte « Sioniste = Nazisme »



Sans titre 2

Paradoxalement, c’est marquer une fois de plus que le point de comparaison avec l’hitlérisme reste la référence incontournable.

Mais est-ce bien intelligent d’écrire et de porter une telle pancarte ?


La religion, en 2014, ça vous gagne ?
– la persécution des Hindous par des musulmans au Bengladesh (nazisme ?)
– l’augmentation des actes antisémites en Europe (nazisme ?)
– les affrontements entre chrétiens et musulmans en République Centre Africaine (nazisme ?)
– les violences entre musulmans chiites et sunnites dans plusieurs pays (nazisme ?)
– les moines extrémistes bouddhistes massacrant des musulmans en Birmanie (nazisme ?)
– l’état bouddhiste de Sri Lanka (ex-Ceylan) discriminant ses minorités religieuses : musulmans, hindous, chrétiens (nazisme ?)
– les violences subies par les chrétiens en Irak et en Syrie de la part de musulmans (nazisme ?)

Dis donc, Dieu ,
Dites donc, Dieux,
Laissez-nous en Paix !


Dilemme gazaoui

Logo-DH-Palestine oeil
Oui, c’est à propos de la guerre menée sur Gaza.
Pro-palestinien ne veut pas dire anti-Israël, en tout cas dans les solutions politiques (les commentaires et positionnements sur les politiques gouvernementales actuelles restant libres).
Philie/phobie, pro/anti, … la guerre ne permet pas beaucoup de nuances s’il n’y a pas de négociations.

Je suis francophile :  Non à la francophobie !
Et je suis aussi francophone : Non à la … ? (francophonophobie !)
L’Arpitan, la langue originelle de notre région, elle, n’a pas pu gagner historiquement.
Mais, le français est une magnifique langue de communication.

En tout cas, quand la France se fait pesante, j’aime lire les médias québécois et wallons, et les journaux romands (Tribune de Genève, Le Courrier, Le Temps).
Et aussi l’expression en français dans les médias du Maghreb.
Voire du Liban.
Cela permet de bénéficier d’un point de vue décalé, d’infos vues d’ailleurs que de nos « banlieues »…

Maghreb/Gaza/Chili :
  Chili-Israel, rupture diplomatique

Liban/Gaza/Israël :
  Tel Aviv, plusieurs milliers de manifestants israéliens contre la guerre à Gaza

Québec/Gaza/Amérique latine :
  L’Amérique latine fustige Israêl et appelle au cessez-le-feu

Genève/Gaza/ manif + rassemblement + marche :
   Manif de soutien aux palestiniens à Genève

   Marche quotidienne pour dénoncer l’agression d’Israël

Belgique/Gaza/solidarité :
   Gaza, la Belgique octroie 6,25 millions d’euros à l’ONU pour les réfugiés palestiniens

Mahmoud Darwich

* – * – * – * – * – * – * – * – * – * –

Toute cette tension mérite aussi un peu d’émotion, de poésie.
Comment ne pas évoquer le plus formidable poète de ce pays, Mahmoud Darwich ?
Lire la suite

Merci, Pierre

Je veux ici rendre un hommage à Pierre Morand, décédé à 85 ans au début de l’été.

C’était un homme de confiance, solide et déterminé.
A l’école élémentaire La Jonchère, à Seynod, il a été mon directeur en 1973-74.
Il fut très tolérant avec le jeune que j’étais, pas très stabilisé. Mes réflexions, ma sensibilité politique, il la percevait bien différente de la sienne, mais il m’avait poussé à m’engager syndicalement. Ce fut, dès lors, une belle école de formation et je la lui dois en grande partie.

Il était du côté de la sensibilité communiste du SNI, majoritaire en Haute-Savoie à l’époque, et avait exercé diverses responsabilités en interne ou comme représentant du personnel. De la lecture de l’Huma à ses réunions de cellules, de ses livres et de son suivi de l’actualité (à mon étonnement à l’époque, il m’avait fait part de son profond respect pour Simone Veil, la ministre) il nourrissait sa pensée et son action. Je croisais le fer dialectique avec lui, tant bien que mal.

Les années passant, mon engagement syndical, inséré dans une tendance minoritaire et un peu remuante, m’avait mis plusieurs fois en opposition avec les responsables départementaux.
C’était cependant formateur, j’ai ainsi beaucoup structuré ma pensée sur les questions de démocratie, de rapport majorité/minorité. Dans le monde, c’était aussi des années contestataires, de la musique aux mœurs, et des années où le travail d’Amnesty International changea aussi mon regard sur les questions de droit : pour faire court, pour moi, le critère d’appréciation d’une démocratie est devenue, non pas le lieu d’expression d’une majorité, mais quelles latitudes et capacités elle laisse à ses minorités.

C’était des années où j’avais aussi d’autres engagements et centres d’intérêt autour des questions environnementales.

J’eus un gros clash avec Pierre. Lire la suite

Annemasse construit-elle un pigeonnier?

En se promenant vers la rue de Château Rouge, il est loisible de voir un bel hôtel à pigeons.

pigeonnier2

 

– Cela ressemble à un pigeonnier,

– Cela a les les cellules d’un pigeonnier,

– Cela a la fréquentation d’un pigeonnier,

 

Mais c’est autre chose ! (voir la note en bas de page)

 

Annemasse avait envisagé en 2009 d’installer un pigeonnier pour lutter contre un risque d’expansion de la population colombine de notre cité et des nuisances qui en découlent.
Il était même envisagé, à l’instar d’autres villes, ce schéma pro-actif  :
1./ on construit une beau pigeonnier ; 2./ on appâte nos pigeons en divers endroits, en mode Petit Poucet, par d’appétissantes nourritures, créant des cheminements irrésistibles amenant vers le nouveau palais ; 3./ une fois nos pigeons bien installés, on leur amène, matin, midi et soir, de la nourriture super pilulée en contraceptifs ; 4./ nos volatiles, qui croyaient agrandir leur famille, se retrouvent pigeonnés.

Mais, les retours d’expérience montrent que les oiseaux ne s’installent pas tous massivement dans leur demeure colombine. Et qu’en plus, ils ne sont pas forcément sensibles au dosage hormonal ; profitant de leur toute nouvelle nursery, ils y font parfois de belles couvées

La commune d’Annemasse, avant toute action, avait donc consulté une association spécialisée, l’AERHO.
Au terme de l’étude et de la discussion avec la personne qui avait réalisé un diagnostic sur tout notre territoire, il était apparu aux élus que la population colombine y était finalement plutôt stable.
Et à part quelques très rares endroits à aménager pour faire déménager ces oiseaux, cela pouvait bien se passer.
– Quand ils vivent « normalement », les pigeons cherchent leur nourriture et s’auto-régulent en terme de reproduction. Ils peuvent se limiter chaque année à une portée (plutôt deux) de 2 œufs . Sachant que les chats aiment beaucoup les pigeons, que la vie est pleine de dangers 😉  , on ne va pas vers un accroissement colombin.
– Mais s’ils sont nourris et ne doivent plus chercher leurs quignons quotidiens qui leur sont livrés quasi à domicile (Allo ?  Non, mais allo quoi ? Pas de pain sec ?), nos bisets croissent et se multiplient. Ils n’en fichent pas une rame et peuvent alors avoir plusieurs portées dans l’année, allez, mettons 4 pigeonneaux survivants.

Imaginons : Lire la suite