« Politique »

Les palinodies du gouvernement français actuel plombent la crédibilité de la politique comme engagement de confiance. Il y aurait trop à dire.A-Kahn
Je mentionnerai simplement –hors champ politique direct– les derniers positionnements d’Axel Kahn, qui est à la fois une conscience éthique et une personne modérée : eh bien, ses propos sont très sévères ici.

E-CosseEt, pour ma part, j’ai été très déçu de la décision d’Emmanuelle Cosse de postuler à un ministère.
Je ne crois pas que ce soit un intérêt matériel qui ait vraiment pesé dans son choix, elle a suffisamment montré son investissement dans ce qu’elle croyait.
J’ai eu l’occasion une fois d’échanger personnellement avec elle par mail. Elle avait été très pertinente.

Je pense surtout que face aux urgences actuelles (crise climatique majeure, lourde de beaucoup d’autres crises  ; mondialisation financière effrénée, délétère pour l’harmonie sociale), elle fait partie de ces générations qui veulent peser et pouvoir dire « j’ai fait ceci et j’ai essayé de faire cela : je ne suis pas resté commentatrice et spectatrice. »
Lire la suite

Savoie : une racine incontestable

600ansC’est le 600ème anniversaire du Duché de Savoie :
Le 19 février 1416, l’empereur Sigismond élèvait Amédée VIII, Comte de Savoie, au rang de Duc de Savoie.

C’était la reconnaissance d’une dynastie qui avait progressivement rassemblé, en cohérence, un territoire de part et d’autre des Alpes, contrôlant passages, vallées et cols.
Au-delà de l’aspect monarchique dont il faut savoir se détacher, se souvenir de notre Histoire, c’est aussi rappeler une manière de vivre marquée par l’enracinement montagnard et une fierté alpestre qui a fédéré ses habitants.
Duc


Amédée VIII (1383-1451) eut un parcours singulier, puisqu’il fut ensuite évêque, cardinal et … pape (anti-pape) !



Ses descendants croisèrent par mariage, la royauté française et ils continuèrent l’ambition ancestrale, en devenant rois de Sardaigne, et roi d’Italie.
La Savoie, devenue française en 1860, revint donc d’une tutelle transalpine mal assurée (c’est seulement en 1861 que fut créé le royaume d’Italie !) à la monarchie de Napoléon III puis à la centralisée République Française.

J’avais évoqué il y a un an ce sujet : voir ici.

Les 600 ans sont l’occasion d’un colloque à Chambéry.