Géothermie profonde – Géoforon : fin de partie

principes-techniques-usages
La demande de permis de recherche en géothermie profonde déposé par la société Géoforon a finalement été rejetée par le préfet de Haute-Savoie.
J’avais consacré une série d’articles à ce sujet.
Recherche blogue
Soit pas moins de 6 articles qui sont retrouvables par la section rechercher sur le blog en y tapant géothermie.


Le sujet nouveau, sa profondeur d’impact, l’ampleur du territoire concerné et une forme de brusquerie dans la démarche et la procédure avaient créé une grande émotion dans ce nord de la Haute-Savoie.
Ma démarche d’enquête sériait les questions de recherche en géothermie, la notion de propriété des recherches, les formules de gestion (public-privé) d’exploitation et de bénéfices ainsi que le lien avec le territoire géologique commun du bassin genevois.

La levée de boucliers dans certains secteurs, les inquiétudes sur l’eau et beaucoup des contributions critiques lors de l’enquête publique avaient montré que le projet tel que présenté n’était pas bon pour notre territoire et l’ensemble des habitants.

Voir ici l’article du Dauphiné Libéré.
Saluons la lucidité du préfet.

Il ne faut pas rejeter le principe de la recherche mesurée et contrôlée en géothermie et de son exploitation juridique en biens communs qu’il faudra patiemment construire.
Avec le canton de Genève et les collectivités françaises et les habitants.

Partageons la nécessité de la transition énergétique, dont fait partie le développement local des énergies renouvelables au service de tous.

Géothermie_Permis de Salève (5/5) – 5. Conclusions

Logo démarche nW B Au débat de St-Julien, Jacques Martelain, Directeur du service de géologie du canton de Genève, a signalé la présence, au premier rang de la salle, de son collègue en responsabilité de l’eau potable sur le canton.
D’autres hauts techniciens responsables genevois étaient présents.
La preuve que, du côté de Genève, ils ont pris très au sérieux ce projet Fonroche et le débat proposé par « La Ville est à vous ».

La culture démocratique est tout autre chez nos voisins et leur fait obligation d’explication et de relation au peuple, le souverain pour le pire et le meilleur.
Il y avait notamment, dans la salle, Michel Meyer, Responsable du programme géothermie aux SIG et Hervé Fauvain, Chef de projet environnement et eau au Grand Genève.
En fin de séance, j’ai échangé avec eux quelques instants, utiles pour moi.

J’ai été un peu déçu de la position strictement négative portée à la commission d’enquête par plusieurs personnes sensibles aux questions environnementales : au-delà du projet Fonroche, j’ai constaté des plaidoyers contre la géothermie. Croire qu’il suffirait de réduire le gaspillage, penser que nous contribuons suffisamment, avec nos barrages savoyards, aux apports français en énergie, ne montre pas une connaissance approfondie des enjeux actuels et des solidarités de territoire.
Et puis, j’aimerai bien qu’il y ait plus de monde de Haute-Savoie quand il est nécessaire d’aller manifester contre le tout nucléaire.(ex : Chaîne humaine). De plus, la mise à niveau de la sécurité de nos centrales et leur fin de vie, annonciatrice de vieillissements dangereux, vont surenchérir  le coût de l’électricité, année après année. Et augmenter la précarité énergétique de beaucoup de personnes. Il nous faut du renouvelable.

Lire la suite

Géothermie_Permis de Salève (4/5) – 4. Genève et la géothermie

potentiel suisse 2050

Un article de la Tribune de Genève rend compte du débat autour du permis de Salève.
JF Mabut y signe un descriptif juste des interrogations dans le genevois français sur cet OGNI (objet géothermique non identifié ) ayant fait irruption au cœur de l’été 2014.

La Suisse reste traumatisée par deux échecs : celui de Bâle et celui de St Gall.
Mais les perspectives de la transition énergétique vers 2050 donnent clairement la place de N°1 à la géothermie, dans ses différentes utilisations. Voir le graphique.
La main est passée aux cantons pour les impulsions opérationnelles en ce domaine. Même si le parlement fédéral vient récemment (juin 2014) de relancer un processus.
Tiens, la question de la couverture du risque apparait…

Le choix de Genève :
article Le Monde Geneve geothermieLe canton de Genève, alors que la Suisse hésitait encore, a décidé de s’engager résolument dans un programme dit incrémental de géothermie.
C’est une volonté forte portée par l’exécutif et notamment par Antonio Hodgers : ce sont les Services Industriels de Genève (SIG) qui seront le bras exécutant de ce choix fort. Une régie qui ne saurait porter atteinte à la gestion des nappes d’eau, ayant le même patron !
Lire la suite

Géothermie ‘de’ Salève, l’Etat dit : « Creuse toujours, tu m’intéresses! »

Débat nourri, ce jeudi 24 juillet, au SMAAA (Syndicat Mixte d’Aménagement de l’Arve et de ses Abords)
En hors-d’œuvre de la session de ce Conseil Syndical réuni en plein été à Sallanches, le président Martial Saddier a proposé une information sur l’octroi par le préfet de permis de recherche en géothermie sur une zone concernée par le champ de compétence du SM3A, notamment pour la protection des eaux.
La précipitation de l’administration a choqué. Je suis intervenu pour préciser l’intérêt de la géothermie et affirmer la motivation à son égard des élus du genevois français. Genève démarre d’ailleurs tout prochainement (en août) une campagne de prospection pour la géothermie.

Cela s’est fini par une motion unanime en direction du ministère : et si on était consulté en amont ?

Au départ, il y a un courrier, daté du 24 juin, adressé par le préfet aux mairies concernées (donc celle d’Annemasse) et indiquant une démarche, nouvelle en Haute-Savoie, d’octroi de permis de recherche géothermique.

Voici le périmètre octroyé :

Carte permis

Cliquez sur la carte pour l’agrandir

Les 71 (72 ?)  mairies concernées sont destinataires de ce courrier ainsi que 4 députés (Virginie Duby Muller et Martial Saddier, Marc Francina et Bernard Accoyer, les 2 derniers n’ayant leur circonscription qu’effleurée par la zone définie) et le président du CG 74, Christian Monteil.

Le préfet, à cette date (mais, les courriers ont dû plutôt arriver le 2 juillet…) précise que  :
– c’est la société GEOFORON (47 Roquefort) qui a sollicité l’octroi de ce  « permis de recherches de gîtes géothermiques à basse température.»
– il s’agit de produire de l’électricité et résiduellement d’alimenter aussi des réseaux de chaleur.
– « L’autorisation de recherche de gîtes géothermiques à basse température est un titre minier qui confère au titulaire l’exclusivité du droit de recherche de la ressource minière à l’intérieur du périmètre du titre.»
– cette autorisation sera l’objet d’une enquête publique à l’automne prochain.
– si, ensuite, GEOFORON souhaitait s’engager dans des travaux d’exploitation, cela  nécessiterait une autre procédure d’autorisation (avec étude d’impact et une autre enquête publique)

Tout cela m’a semblé très bien cadré et de bon augure concernant la démocratie et la nécessaire transition énergétique.
Et le préfet d’ajouter (c’est souligné dans le document !) :
« Les installations d’exploitation de gîtes géothermiques à basse température ne peuvent donc être comparées, tant dans leur finalités, que dans leurs impacts sur l’environnement, avec l’exploitation de roche mère (gaz de schiste) »

Bien.

Mais la fin du texte préfectoral laisse un tantinet pantois ! In cauda venenum…

– « En parallèle, la société GEOFORON a sollicité auprès du ministère chargé des mines l’octroi d’un permis exclusif de recherche de gîtes géothermiques à haute température dit « permis de Salève ».
Conformément à la réglementation, j’ai consulté les services civils et militaire intéressés et donné un avis favorable à cette demande qui sera examinée par l’administration centrale. De plus, une consultation du public sera organisée directement par le ministère via son site internet. »

« En parallèle » … Drôle de parallélisme, complètement divergent !

Voici un schéma, emprunté à une documentation genevoise, pour les différentes exploitations de la chaleur interne à notre globe terrestre :
principes techniques usages
En résumé, concernant les démarches du préfet :
1/ pour la géothermie basse température, profondeur inférieure à 100 m autour de 3000 mètres, il avise les mairies qu’il y aura une enquête publique à l’automne. De plus, en cas d’engagement dans des travaux qui passeraient à l’exploitation, on referait une procédure d’enquête publique et aussi une étude d’impact.
2,/ pour la géothermie de haute température, captée à une profondeur de 5000 mètres voire davantage, de nature clairement industrielle, avec de l’eau récupérée à près de 150°, le préfet
– s’est déjà informé auprès des autorités civiles et militaires (!),
– a déjà donné son feu vert au gouvernement à Paris
Le ministère a déjà consulté par site internet  : champagne offert à l’éventuel haut-savoyard qui aurait pu prendre connaissance de l’affaire entre le 2 juillet et le 16 juillet, période de la  « consultation du public directement sur le site du ministère » !
Il est vrai que c’est conforme à la réglementation : le code des mines ne fait pas dans la démocratie participative…

signature

En bas du texte, ne manquent que la date et les paraphes de S. Royal et A. Montebourg…


Un fameux « permis ‘de’ Salève » : circulez, ça ne lève pas, ça ne va pas causer, ça va creuser !

Ségolène, Arnaud, s’agirait-il d’un coup d’été en douce ?
Non, ne signez pas !



A voir :
la « consultation » sur le site du ministère de l’Ecologie : avec tous  les documents afférents à télécharger concernant ce permis de Salève.

– GEOFORON est une société récemment créée, en avril 2013. FONROCHE GEOTHERMIE en est le dirigeant principal.
Voir le site de cette société

– Une question toute récente (ici, le 27 juillet) du député Martial Saddier demandant à la ministre Ségolène Royal où en est la réforme du code minier.


OMS : Annemasse, air pollué / 3. Perspectives

 

La situation de pollution doit fortement changer à terme.
Est-il possible de le faire rapidement et en profondeur ? C’est peu vraisemblable.

Mais il faut :
 1. aller dans la direction forte du changement de mobilité. Cf cet extrait repris de l’OMS:
« en donnant la priorité à des réseaux dédiés de transport public urbain, à la marche et au vélo. »

2./ ne pas hésiter, dans les situations d’urgence, à adopter des positions contraignantes

 3./ Poser le principe d’un péage dans une zone délimitée du Grand Genève !

◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Je reprends ces 3 points :
Lire la suite

OMS : Annemasse, 3ème plus polluée de France / 1. Constats

Le communiqué de l’Organisation Mondiale de la Santé, repris par la presse, et notamment le Dauphiné Libéré du jeudi 15 mai, a fait l’effet d’une bombe puante lancée dans le splendide air vivifiant de Haute-Savoie ! Surtout contre « Annecy, son lac pur et son air pollué » (Annecy est classée 2ème ville de France la plus polluée)

La réaction de sonDL maire, JL Rigaud, est apparue incroyablement vide de projet et même à contre sens : « le tunnel sous le Semnoz va améliorer la protection de l’atmosphère » !
Martial Saddier dit, lui, qu’il ne faut « pas agir seulement sur la Vallée de l’Arve mais sur tout le département. » Un tacle contre le CG 74, longtemps uniquement préoccupé de développer les routes et le transport individuel ?

Et Annemasse, 3ème sur le malheureux podium !

Qu’en est-il tout d’abord de cette étude OMS ?
Lire la suite

Des P+R en genevois français : retour sur une manif

Ce dimanche 18 mai, les genevois voteront sur plusieurs sujets, dont le principe du co-financement de 5 parkings sur les communes françaises voisines : pour que des centaines de frontaliers ne traversent pas la frontière, chacun seul dans sa voiture, en  polluant l’air et en encombrant routes et parkings genevois.

Cela au moment où l’OMS vient de rendre publique une étude (1600  villes dans le monde) sur la pollution de l’air par les particules, notamment à Genève-Annemasse. J’y reviendrai dans mon prochain article.

Pour les parkings,  il est  prévu que Genève paiera moins de 48% du coût de construction. Par ailleurs, réalisés sur Genève, les parking coûteraient deux à trois fois plus cher … Au total,  l’investissement fait en francs suisses serait, pour l’État genevois, 4 à 5 fois plus élevé !
De plus, en fonctionnement, le coût sera supporté en totalité par les communes françaises. C’est-à-dire, 0 franc suisse et 0 terrain bitumé du côté de la cité de Calvin.

Mais, le Mouvement Citoyen Genevois, parti politique qui se structure autour d’une animosité virulente contre ces travailleurs « pendulaires » français et suisses, a initié une votation contre le co-financement et inondé les genevois de propagande inepte.

C’est pour regrouper des personnes des deux côtés de la frontière, qu’une convergence à vélo avait été organisée samedi 3 mai.
En ne polluant pas, en fédérant (pas assez de monde cependant ! Et ils sont où, les militants pro-région transfrontalière … ?), le petit cortège a permis de sensibiliser des centaines de genevois.
Lire la suite

Grand Genève : action !

 logo1

Convergence cycliste transfrontalière

Samedi 3 mai, deux cortèges cyclistes partiront de la frontière pour converger vers Genève…

RDV · PLAINE DE PLAINPALAIS · 14H
(prises de parole + parade à vélo en ville…)

[column with= »70% » margin_right= »10% » border= »5px solid #aaffaa » padding= »10px » background= »#efefef »]

– départ d’Annemasse : 13h douane de Moillesulaz,                    .

puis halte à 13h30 à Chêne-Bourg, pl. Favre
[/column]

[column with= »50% » margin_right= »10% » border= »5px solid #aaffaa » padding= »10px » background= »#efefef »]
– départ de Ferney-Voltaire : 13h arrêt bus av. du Jura,

puis halte à 13h30 au Gd-Saconnex, place centrale du Pommier
[/column]

[end_columns]

 

OUI À des P+R À la frontière — habitant·e·s de la région genevoise, mobilisons-nous ensemble !

Le 18 mai, on votera à Genève sur un crédit pour le co-financement de 5 parkings relais (P+R) à la frontière. Le MCG a contesté cette proposition par référendum, raison pour laquelle la population genevoise est appelée à voter. Le MCG préférerait-il peut-être prolonger les bouchons jusqu’à des parkings en Suisse, qui peuvent coûter jusqu’à 10 X plus cher?

Lire la suite

Vélo Libre Service Genève : ça ne roule pas …

Je participe – en observateur – au Comité de pilotage pour la mise en place d'un système de vélo en libre service sur le canton de Genève : un vélib' envisagé avec des extensions transfrontalières. Le maire d’Annemasse souhaitait qu'un élu puisse faire le lien avec un projet tout à fait intéressant dans le cadre de la mobilité du Grand Genève et du tourisme local.

MK Ce Copil se réunit trois fois par an environ : sous l'égide des services de l'Etat genevois, des TPG chargés de la mise en œuvre du projet, des représentant(e)s des communes genevoises (dont Rémy Pagani pour la Ville de Genève), etc. C'est Michèle Künzler (VERTS), département de l'intérieur, de la mobilité et de l'environnement (DIME) qui le préside.
Un point était fait ce vendredi 7 juin dans une salle de l'Hôtel de Ville, dans les vieux quartiers de Genève.

On sait le blocage intervenu au parlement de l'Etat genevois : le grand conseil a rejeté le projet de loi s'appuyant sur le travail porté par les TPG. Cela, à l'instigation de parlementaires jouant semble-t-il -via une contestation financière- la politisation en voulant d'abord faire échec à la responsable du DIME qui se représente en octobre.

Lire la suite

Jean Rossiaud, Vert mondial

Blog jean RossiaudLes délégué-e-s du Parti vert européen ont élu Jean Rossiaud comme représentant à la Coordination mondiale des partis verts (« Global Greens Coordination »).
Le 18ème Conseil du Parti vert européen  (Fédération des partis verts d’Europe) s’est tenu à Madrid du 8 au 10 mai dernier. Les 150 délégués ont élu au premier tour, et pour une durée de trois ans, le Vert genevois Jean Rossiaud comme l’un de leurs 3 représentants à la Coordination mondiale des partis verts – Global Greens Coordination.

La Coordination mondiale comprend en effet 12 membres : 3 représentants par fédération continentale. Elle a pour mission de contribuer entre chaque Congrès mondial à renforcer le lien entre les fédérations et à garantir le respect de la charte des Global Greens.

Jean Rossiaud a été conseiller personnel dans la municipalité de Genève jusqu’au 31 Mars 2013.  Il est actuellement Coordinateur du Forum pour une nouvelle gouvernance mondiale.

Polyglotte (4 langues maîtrisées), il souhaite renforcer la coopération en institutionnalisant l'organisation, la professionnalisation et veut élargir le travail et la portée des réseaux des Verts mondiaux en aidant les autres partis verts dans le monde pour faire face à la crise à la fois environnementale et sociale.

Il sera certainement actif dans la préparation du prochain congrès de tous les partis Verts mondiaux qui se tiendra en Europe en 2016.

Lire la suite

CEVA : « ceux qui m’aiment prendront le … bus 61»

CEVA-PLUS

Les travaux du CEVA avancent dans la prévision de la mise en service en décembre 2017.
Cette ligne ferroviaire qui comblera un chainon manquant entre réseau ferré suisse et français verra la construction de 5 gares nouvelles sur le canton de Genève et la rénovation totale de la gare d’Annemasse.
Pour Annemasse, la gare devenue biface (nouvel accès côté Ambilly & Ville-la-Grand) offrira un parvis ouvert sur la ville centre en éloignant la circulation des voitures : priorité aux modes collectifs et aux modes actifs (vélo, marche).

Le CEVA, cette couture ferroviaire entre la gare de Cornavin, la gare des Eaux-Vives et la gare d’Annemasse, va donner un système local de RER et aussi une liaison globale entre Nord Léman et Haute-Savoie qui sera une réponse formidable aux enjeux actuels de mobilité et de pollution .
Image1

Compte-tenu des travaux actuels, c’est une ligne de bus qui a été mise en place pour une offre de transport public (toutes les 15 minutes aux heures des pendulaires) par bus, le 61, allant d’Annemasse à la gare de Cornavin.

C’est ce que Michèle Künzler conseillère d’Etat de Genève (en charge du Département de l’intérieur, de la mobilité et de l’environnement : DIME) et JJ Queyranne, président de la région Rhône-Alpes, sont venus inaugurer à Annemasse ce lundi 8 avril 2013.

Image4

Pour le CEVA, comme évoqué par la Verte Michèle Künzler, des gares genevoises seront enterrées et c’est une forme de métro genevois qui  se construit. Avec un renforcement de la construction de logements à proximité. Un véritable projet urbain pour la ville de Calvin.

Je ne saurai trop insister sur les considérables effets de pollution de l’air générés actuellement  par le trafic des automobiles, notamment les pendulaires. Les taux relevés de part et d’autre de la frontière, par la station genevoise du Foron et par la station de Gaillard, sont alarmants.
Dès maintenant, celles et ceux qui aiment le bon air, celles et ceux qui aimeront le CEVA, prendront le bus 61.

 

Expo Liban

statuette1

J’ai visité avec grand plaisir l’exposition sur le Liban au musée Rath à Genève.

Entre Orient et Occident, ce pays a connu de multiples passages et influences.
J’avais visité en 1972 le Liban. Dépaysement certain, à 20 ans : un côté arabe, un côté occidental, un côté chrétien, un côté musulman, un camp palestinien en plein Beyrouth, …

L’exposition « Fascination du Liban » présente un pointillisme d’objets traversant les religions et les siècles : statues votives, sarcophages, mosaïques byzantines, stèles, manuscrits, icônes …
Il s’agit, comme indiqué, de pister « Les mille et un chemins unissant les Libanais à leurs dieux et l’Au-delà ».

Il est dommage que la violence soit si souvent liée au sacré, autrefois et maintenant.

Reste l’exposition, bien intéressante.