Chaufferie bois : une réalisation remarquable et remarquée !

Ce 20 avril 2013, c’était la journée Portes Ouvertes pour la toute nouvelle chaufferie bois, située rue Emile Zola, qui alimente un réseau de chaleur important.
J’avais évoqué sur ce blogue les travaux nécessaires pour ce réseau de chaleur à énergie renouvelable pour 90% : c’est ici.

Les données :
– 3 km de réseau !
– 90% bois énergie
– bénéficiaires : équivalent 2000 logements (c’est-à-dire bureaux + école + logements)

L’approvisionnement en combustible (76% de plaquette forestière) par la filière bois locale est effectué dans un rayon de 80 km autour de la ville. C’est ainsi un renforcement des filières bois locales (complément pour le travail des scieries) qui concourt à leur rentabilisation et à l’emploi local stable.

Le réseau de chaleur est donc alimenté à 90 % par du bois, une chaudière gaz est là en soutien lors de périodes de grands froids (elle sécurise aussi le dispositif par doublement de chaudière)

C’est une chaufferie bois de 3,5 MW qui produira en moyenne 14 000 MWh par an soit l’équivalent de 1,5 millions de litres de fioul ! Soit la diminution de près de 3000 tonnes de CO2 par an. ( 65 000 tonnes de CO2 sur la durée du contrat)
La transition énergétique, sans attendre, c’est une réalité à Annemasse.

C’est aussi une économie sur le coût croissant des charges de chauffage pour les particuliers : la facture sera plafonnée à -5% de ce que revient le chauffage actuel au gaz et -15 à -20% du chauffage fuel actuel.
Cofinancé par l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) et aussi par la région Rhône-Alpes, c’est une réalisation phare en Haute-Savoie.
La filtration des poussières est très performante avec un taux maximum divisé par 5 par rapport à la réglementation applicable.
De plus la municipalité va mettre en place une commission de suivi technique et de suivi citoyen avec les usagers.

Réseau : contrairement à l’Europe du nord ( Danemark, Finlande, Suède) où les réseaux de chaleur sont très développés, il n’y a en France (chiffres 2010) que 450 réseaux (fonctionnant au bois mais aussi au fuel, avec à des centrales thermiques déchetteries, etc).

Chaufferie-bois

2013 : année européenne de l’air

Logo_2013_annee_de_l_air La pollution de l’air, selon les plus récentes rapports publiés par l’AEE (Agence Européenne pour l’Environnement), représente encore un problème pour ce qui concerne la santé publique et l’environnement. Dans ce contexte la Commission Européenne est en train de revoir la stratégie sectorielle européenne sur la pollution atmosphérique et sur les politiques liées. Une consultation concernant les différentes options de la révision, qui a été lancée en 2012, terminera dans les premiers jours de mars.

L’Europe a fait des progrès pour diminuer les émissions de certains polluants. Par exemple les émissions de dioxyde de soufre ont été réduites significativement dans les dernières années grâce à l’application des normes européennes sur l’utilisation de technologies de dépuration des émissions et de carburants avec un faible contenu de soufre.

Toutefois une partie de la population est encore exposée à des concentrations très hautes de polluants qui peuvent causer une augmentation des risques pour la santé et des morts prématurés dans quelques zones. Les particules, qui dans les derniers années ont présentés seulement une faible diminution, sont les polluants les plus problématiques pour la santé.

La Haute-Savoie est particulièrement concernée, sur Annemasse-Genève, sur Annecy et sur la Vallée de l’Arve.
J’y reviendrai.

Fichier PDF Europe-air à télécharger :
Fichier PDF
Signaux 2013 – Cet air que nous respirons

 

CEVA : « ceux qui m’aiment prendront le … bus 61»

CEVA-PLUS

Les travaux du CEVA avancent dans la prévision de la mise en service en décembre 2017.
Cette ligne ferroviaire qui comblera un chainon manquant entre réseau ferré suisse et français verra la construction de 5 gares nouvelles sur le canton de Genève et la rénovation totale de la gare d’Annemasse.
Pour Annemasse, la gare devenue biface (nouvel accès côté Ambilly & Ville-la-Grand) offrira un parvis ouvert sur la ville centre en éloignant la circulation des voitures : priorité aux modes collectifs et aux modes actifs (vélo, marche).

Le CEVA, cette couture ferroviaire entre la gare de Cornavin, la gare des Eaux-Vives et la gare d’Annemasse, va donner un système local de RER et aussi une liaison globale entre Nord Léman et Haute-Savoie qui sera une réponse formidable aux enjeux actuels de mobilité et de pollution .
Image1

Compte-tenu des travaux actuels, c’est une ligne de bus qui a été mise en place pour une offre de transport public (toutes les 15 minutes aux heures des pendulaires) par bus, le 61, allant d’Annemasse à la gare de Cornavin.

C’est ce que Michèle Künzler conseillère d’Etat de Genève (en charge du Département de l’intérieur, de la mobilité et de l’environnement : DIME) et JJ Queyranne, président de la région Rhône-Alpes, sont venus inaugurer à Annemasse ce lundi 8 avril 2013.

Image4

Pour le CEVA, comme évoqué par la Verte Michèle Künzler, des gares genevoises seront enterrées et c’est une forme de métro genevois qui  se construit. Avec un renforcement de la construction de logements à proximité. Un véritable projet urbain pour la ville de Calvin.

Je ne saurai trop insister sur les considérables effets de pollution de l’air générés actuellement  par le trafic des automobiles, notamment les pendulaires. Les taux relevés de part et d’autre de la frontière, par la station genevoise du Foron et par la station de Gaillard, sont alarmants.
Dès maintenant, celles et ceux qui aiment le bon air, celles et ceux qui aimeront le CEVA, prendront le bus 61.