Savoie, sillon humain dans le temps et l’espace

SavoieJe suis de ce territoire, la Savoie.
C’est un bien légué, pas un choix. Mais bien assumé.
Deux départements regroupent l’essentiel de cet espace.

C’est une région singulière, montagnarde, pont entre Italie et espace français, mère d’eaux : lançant des torrents qui depuis les glaciers alpins rejoignent le Rhône ; accueillant des lacs, Bourget, Annecy et ouverte sur le Léman.

Nous sommes entrés, la semaine dernière, dans la 600ème année de la reconnaissance forte de ce territoire : le 19 février 1416, le Comte de Savoie, Amédée VIII,  était fait Duc de Savoie.250px-Hundred_years_war_france_england_1435
A l’époque le Duc de Bourgogne, Jean sans Peur, concurrençait le roi de France.
Face à lui, le Dauphin Charles VII (celui de Jeanne d’Arc) dut se réfugier à Bourges, en 1418….
Et la Maison de Savoie était une nation souveraine.
L’empereur Sigismond Ier, en érigeant le 19 février 1416, le Comté de Savoie en Duché de Savoie, lui offrit une autonomie politique sans précédent. Les successeurs d’Amédée VIII de Savoie porteront désormais le titre de duc jusqu’à ce qu’ils deviennent rois de Sicile, puis de Sardaigne au début du XVIIIème siècle.
Le Duché de Savoie, élevé en Etat de haut niveau de souveraineté, commandait tout le passage des Alpes, jusqu’à Nice.
Continuer la lecture

70 ans, déportation (2) : Art Spiegelman, « Maus »

couv MausCe livre, Maus, est un album (deux volumes) de bandes dessinées. Aborder un sujet tel que la déportation et l’extermination massive des juifs sous le nazisme par le vecteur de la BD est un pari incroyable.
Sous-titrée « Un survivant raconte », cette œuvre utilise des dessins d’animaux (souris, chats, cochons, …) en silhouettes humaines qui assurent la représentation de cette véritable épopée, du narratif familial à la grande Histoire fracassante.
En quelques pages, j’étais rentré dans le procédé narratif de Spiegelman : le choix de la figuration animale, les allers-retours présent-passé à travers le témoignage de son père, le relationnel régulier à New York de l’auteur avec son géniteur.

C’est un livre qui est d’ailleurs impressionnant sur la relation de Art avec son père, Vladek. C’est ainsi sans concession sur les travers insupportables de ce rescapé des camps, son racisme (!), son avarice.
Mais au delà du respect filial qui reste toujours présent, Art Spiegelman veut traduire au plus niveau la Vérité.
La vérité des êtres, la vérité du caractère insupportable de son père, la vérité de l’holocauste à travers le parcours du père et aussi de la mère, déportée également.